Rachid : J’ai rencontré l’amour de ma vie à la Cité internationale

Rachid est né en France, mais ses parents sont originaires du Maroc. Ancien résident de la Cité internationale, il y reste toujours très attaché, même après son départ. De son séjour, il retient surtout les rencontres et l’énergie que ce lieu de vivre-ensemble dégage. 

11/09/2015


par Oana Besnea


© Antoine Meyssonier
© Antoine Meyssonier

« Quand on voit dans les médias des choses négatives, nous qui avons côtoyé des gens de tous ces pays, on a une image différente. »

Post-doctorant en Economie du développement, Rachid parle avec beaucoup d’émotion sur sa période « Cité ». À la Fondation Deutsch de la Meurthe, il a fait l’expérience de l’ouverture vers l’autre : « On se fait des amis de partout. » Une expérience qui, dit-il, permet de relativiser. « Quand on voit dans les médias des choses négatives, nous qui avons côtoyé des gens de tous ces pays, on a une image différente. On les associe à des choses sympathiques, des rires, des personnalités super intéressantes. »

« La paix, c’est un sentiment qu’on a la chance d’avoir à la Cité »

Fondée sur des idéaux de paix, de partage et d’échange culturels, la Cité internationale reste fidèle à ses valeurs. Rachid se déclare chanceux d’avoir pu faire l’expérience de ces valeurs : « La paix, c’est un sentiment de tranquillité, paisible, une absence de peur, d’inquiétude […] et que plein de gens dans ce monde n’ont pas. »

La Cité pour lui, c’est aussi un « lieu plein d’énergie, très vivant, très vert »

parc parisien par sa superficie et son patrimoine bâti, la Cité internationale est une oasis naturelle, culturelle et sociale. Pour Rachid, ces trois composantes se reflètent surtout dans l’énergie qui circule dans le campus : « Il y a toujours des choses à faire, c’est très vivant […] On fait du sport, du yoga, du ju-jitsu brésilien, du foot. Tout ça, c’est l’énergie. »


Dans la vidéo qui suit, Rachid parle de tous ces aspects qui ont marqué son séjour à la Cité internationale.