600 personnes ont participé à la 3e édition de l’Université de la Paix !

L’Université de la Paix, organisée entre le 21 et le 25 mars 2017 par les résidents de la Cité internationale en collaboration avec les directeurs(ices) des maisons, a attiré plus de 600 participants. L’évènement a permis au public d’acquérir une meilleure compréhension du rôle des innovations dans la construction et le maintien de la paix.

06/04/2017


par Oana Besnea


Universite de la Paix 2017

« Innovations et paix » : la Cité internationale imagine le monde de demain

En quoi les progrès des sciences peuvent-ils être un vecteur de paix ? C’est à partir de cette problématique que les résidents et directeurs de maison de la Cité internationale ont élaboré la programmation de la troisième édition de l’Université de la Paix.

.

 

Étalées sur cinq jours consécutifs, les activités ont permis aux participants de comprendre comment les innovations scientifiques et la recherche pourraient changer le rapport des gens à la guerre (conférence « Réalité virtuelle et processus de paix : le projet The enemy de Karim BEN KHELIFA »), pourquoi la mondialisation est une innovation pour la paix (table ronde animée par Pablo Posada Varela, avec la participation de résidents), ou encore en quoi l’urbanisme social joue un rôle dans la construction de la paix, à travers l’exemple de la ville de Medellin en Colombie (projection du film La nueva Medellin de Catalina Villar, suivie par un débat).

 

« La recherche européenne au service de la paix », évènement central de l’Université de la Paix

Carlos MOEDAS, Commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation a été l’invité d’honneur de cette édition 2017. Au cours d’une conférence qui s’est tenue jeudi 23 mars dans la Maison internationale, la Commissaire a partagé sa vision sur l’ouverture de la science au monde et le rôle de la science dans la diplomatie. Il a insisté sur l’universalité de la science, tout en rappelant combien celle-ci est « essentielle » pour la diplomatie : « c’est l’arme la plus puissante qu’on puisse avoir. »

 

Moedas a ensuite répondu aux questions du public ainsi qu’aux questions arrivées sur le fil tweeter (voir Storify ci-dessous), mettant l’accent sur le rôle important des chercheurs et des académiques qui doivent faire entendre leurs voix, afin de combattre le les tentations du repli sur soi et au protectionnisme. Le débat a été modéré par Arthur Perini, résident belge en “brassage” à la Maison des étudiants canadiens (MEC), étudiant à l’EHESS de Paris en anthropologie des cultures musicales et des mondes digitaux.

 

À la fin de la conférence, le Commissaire Moedas a été distingué par la remise de la médaille de l’ « Université de la Paix 2017 » par le Président de la Cité internationale Marcel Pochard.

Pour aller plus loin : Université de la Paix 2017 : « La recherche européenne au service de la paix »

 

Lancement de « Cité Unie », un journal des résidents pour faire triompher le dialogue

À ceux qui souhaitent décrypter l’actualité internationale au travers du regard des résidents de la Cité, voici un journal à découvrir sans plus tarder. Lancée le 22 mars dernier à la Maison des étudiants canadiens à l’occasion de l’Université de la Paix, Cité Unie regroupe les contributions de collaborateurs et journalistes résidents, originaires de plus de 140 pays différents.

 

Le journal est disponible en version papier mais également numérique. Selon ses fondateurs, il est « né du froid de novembre, du travail acharné d’une petite équipe qui s’est greffée à l’idée d’une gazette à l’image de notre communauté unique », celle des résidents du campus multiculturel, ouvert sur le monde qu’est la Cité internationale.

 

Cité Unie bénéficie du financement du Fonds des Initiatives Résidentes (FIR) de la Cité internationale. Ce Fonds a été créé pour soutenir les projets artistiques, culturels, citoyens ou sportifs proposés par les résidents et qui permettent de favoriser les échanges et la convivialité entre eux et de promouvoir les valeurs de la Cité : paix, tolérance, solidarité.

 

Retrouvez toute l’actualité de Cité Unie : www.citeunie.com

 

« Paix, éthique et technologies », le regard de Jean-Claude AMEISEN

S’émerveiller pour créer un monde meilleur : c’est la vision par laquelle Jean-Claude AMEISEN, Président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, a commencé la conférence de clôture de l’Université de la Paix. Pour ce passionné de l’évolution du vivant, auteur de l’émission Sur les Épaules de Darwin, il faudra « s’interroger davantage sur la manière dont l’humanité fait usage des progrès de la science » et au détriment de qui se font ces avancées scientifiques. La question de la paix devient d’autant plus cruciale lorsque « nous avons tendance à construire notre paix intérieure en rejetant à l’extérieur de nos frontières ceux qui veulent s’y réfugier » poursuit-il, avant de conclure que « c’est justement la relation avec les autres qui nous permet de construire notre paix. »

 

Dès lors, l’éthique pourrait-elle concilier ces représentations contradictoires sur la paix ? C’est le cas, selon Jean-Claude Ameisen, et l’idée d’une instance éthique doit, selon lui, impliquer le croisement des regards les plus divers possibles : des philosophes, des scientifiques, des artistes : « Croiser les regards, c’est aussi croiser les cultures, comme vous le faites ici. En cela, la Cité internationale est une innovation pour la paix. »

 

La Cité internationale, un lieu d’expression au service du rapprochement entre les peuples

Dans son discours de clôture de cette troisième édition de l’Université de la Paix, le Président de la Cité internationale Marcel POCHARD a exprimé sa satisfaction quant à la qualité des débats. Il a également tenu à remercier tous les intervenants, ainsi que les résidents, directeurs de maisons et salariés de la Fondation nationale de la Cité qui ont œuvré à l’organisation des activités.

 

Initiée en 2015, l’Université de la Paix permet à l’ensemble des acteurs de la Cité, en particulier aux résidents qui vivent sur le campus, de débattre d’un thème de réflexion et de confronter leurs points de vue avec l’aide de chercheurs et personnalités engagées dans l’action. Cette initiative s’inscrit au cœur du projet de la Cité internationale, marqué depuis sa création en 1925 par l’humanisme et la construction de la paix.