Jonathan Lago Lago : les doigts d’un pianiste et le regard d’un cinéaste

Résident de la Cité internationale universitaire de Paris, Jonathan y tourne une partie de son premier court-métrage, La Preuve, récompensé à plusieurs reprises cette année. 

07/10/2016


par Lola Aubert


Jonathan Lago-Lago devant la Fondation Deutsch de la Meurthe, qui apparaît en scène d'ouverture de son court-métrage La Preuve | © CiuP
Jonathan Lago-Lago devant la Fondation Deutsch de la Meurthe, qui apparaît en scène d'ouverture de son court-métrage La Preuve | © CiuP

Un jeune étudiant au parcours atypique

Après l’obtention d’un Master 2 au Conservatoire royal de Bruxelles en piano, Jonathan décide de parfaire son cursus artistique et universitaire dans le cinéma. Il intègre alors en 2015 l’Ecole de la Cité, un important centre de formation spécialisé dans le cinéma créé par Luc Besson. Le but de Jonathan ? Mettre ses compétences artistiques acquises au cours de ses années de musique au service de la création audiovisuelle.

 

Depuis, c’est plutôt une réussite : son court-métrage, La Preuve, dont la scène d’ouverture a été tourné sur le campus et dont la bande-originale (qu’il interprète lui-même au piano) a été enregistré à la Fondation Biermans-Lapôtre, résidence des étudiants belges et luxembourgeois, a été récompensé à plusieurs reprises cette année.

Un palmarès international

La Preuve est récompensé du Prix du meilleur film pour le mois de juillet au Largo Film Awards. Le film est par ailleurs sélectionné au Arte non stop festival (Buenos Aires) et au Festival de Senlis.
- À Paris, La Preuve obtient le Prix du meilleur court-métrage international du Festival Paris Art & Movie Awards.
- Outre-Atlantique, à Mexico, le film a reçu le prix du Meilleur court-métrage étudiant au Festival Corto Creativo, au Mexique

La Preuve n’est pour l’instant pas disponible en version complète car le film est actuellement en compétition dans d’autres festivals internationaux.

Voici la bande-annonce :


La Cité : une source d’inspiration intarissable 

Si la Cité est d’abord la maison de Jonathan, elle représente également pour lui  une source d’inspiration. À la fin de l’année universitaire, pour valider son cursus, Jonathan doit présenter une réalisation d’une dizaine de minutes. Il en a déjà choisi le thème : la situation des migrants. Pour lui, l’influence de la Cité internationale est forte, tant à travers les rencontres quotidiennes de dizaines de nationalités différentes, que par les valeurs de paix et de vivre-ensemble qui ont imprégnées sa création : c’est l’endroit où il a appris que « même différents, nous sommes finalement tous les mêmes. »

Jonathan n’en est pas à son coup d’essai : la Cité internationale a été le théâtre d’un petit court-métrage comique réalisé à la Fondation Biermans-Lapôtre dans le cadre du Téléthon du cinéma 2015. Ce court-métrage réalisé en 3 jours avec Loelia Salvador et Justine Bourcier a reçu le Prix spécial du jury du concours.