Les maisons et les résidents

Maison-Norvege

La Cité internationale poursuit le rêve utopiste de ses fondateurs et offre à ses résidents un espace d’échange qui favorise la tolérance et la réflexion.

Les maisons

Avec 5 800 chambres répartis dans 40 maisons, la Cité internationale universitaire de Paris constitue le plus important site d’accueil pour des étudiants et chercheurs étrangers en île de France.

 

Attachées à des pays ou à des grandes écoles, 18 d’entre-elles sont gérées directement par la Fondation nationale, Cité internationale universitaire de Paris, et placées sous son égide. Les autres sont elles-mêmes des fondations reconnues d’utilité publique, et possèdent leur propre personnalité juridique.

 

Sa première résidence pour étudiants, aujourd’hui baptisée Fondation DEUTSCH DE LA MEURTHE, en hommage au philanthrope alsacien, ouvre ses portes en 1925.
Bien vite, d’autres maisons sont bâties, financées par des mécènes, des industriels et des gouvernements étrangers : la Fondation BIERMANS-LAPOTRE, la Maison des étudiants canadiens, le Collège d’Espagne, la Maison du Japon, la Maison de l’Inde… À la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle compte déjà 19 résidences, au centre desquelles domine la Maison Internationale, bâtie grâce au concours de John ROCKEFELLER JR.

 

Après la guerre, les travaux reprennent et une nouvelle série de constructions est initiée. De 1948 à 1969, 17 nouvelles maisons ouvrent leurs portes.

 

Le poète Edmond HARAUCOURT lui lègue également une résidence sur l’île de Bréhat, au large de la Bretagne, où les étudiants peuvent toujours y passer des vacances.
Au début du xxie siècle, l’offre de la Cité internationale universitaire de Paris est complétée par deux résidences hors les murs, dans le 19e arrondissement de Paris. La résidence Lila puis la résidence Quai de la Loire, est la dernière a avoir été inaugurée en 2007.

 

Ces résidences ont accueilli plus de 200 000 étudiants en quatre-vingts ans.

 

Le plan de développement prévoit la construction d’ici à 2020 de 10 nouvelles Maisons représentant 1800 logements supplémentaires. Soit une augmentation de 31% de sa capacité d’accueil.

 

« La vocation de la Cité, depuis l’origine, consiste à promouvoir une mobilité internationale des étudiants qui ait un sens, c’est-à-dire qui soit un ferment au service des valeurs universalistes de paix et de solidarité. »
Marcel POCHARD, Président.

Les résidents

Environ 12 000 étudiants, chercheurs, artistes et sportifs sont accueillis chaque année à la Cité internationale universitaire de Paris.

 

La politique d’admission de la Cité internationale universitaire de Paris est fondée sur l’excellence académique et une répartition internationale équilibrée.

 

Une priorité est donnée aux étudiants inscrits en master, doctorat et post-doctorat.

 

Les résidents accueillis à la Cité internationale universitaire de Paris sont majoritairement des étudiants (environ 90% des effectifs) d’origines étrangères (75%). 25% des résidents sont de nationalité française.
Les sciences, le droit et l’économie sont les disciplines les plus étudiées par ces étudiants et chercheurs originaires de plus de 140 nationalités.

 

Dans le but de favoriser les échanges, les résidents nationaux admis dans une maison sont ensuite hébergés dans toutes les maisons de la Cité, à concurrence de 30 à 50% d’entre eux, ce qui permet à chaque maison d’accueillir 20 à 30 nationalités différentes. C’est le “brassage“.
À titre d’exemple, la Fondation DEUTSCH DE LA MEURTHE accueil chaque année des résidents de 68 nationalités. La présence (25%) d’un public français permet aux étudiants et chercheurs étrangers de mieux connaître la France, sa langue et sa culture.

 

Chaque maison organise en début d’année universitaire l’élection d’un comité de résidents. Il représente les résidents auprès de l’administration et participe à la vie collective de la maison. Le comité désigne ensuite deux représentants à l’Assemblée des Délégués des Comités de Résidents (ADCR). Ces élus représenteront les résidents au conseil d’administration de la Cité internationale.
L’ADCR est chargée d’échanger avec la Fondation nationale, Cité internationale universitaire de Paris, sur toutes les questions touchant à la vie au sein de la Cité internationale.