Un concert pour soutenir les étudiants migrants accueillis à la Cité internationale

Des résidents de la Cité internationale, artistes de haut niveau, se sont mobilisés pour soutenir les étudiants migrants accueillis par ce même campus. Une ode à l’humanité, communiquée à travers le langage universel de la musique, pour rappeler qu’il est possible de joindre le geste à la parole.

01/10/2015


par Oana Besnea


COM_Concert_solidarite_MI_sept_2015 (6)_Wataru-HISAUE

Et si on mettait l’art au profit de la paix ?

Animés par cette réflexion, vingt-cinq résidents de la Cité internationale, artistes de haut niveau venus du monde entier, se sont engagés à donner un concert de solidarité.

 

L’objectif : être solidaire avec les étudiants migrants victimes de guerres et persécutions, accueillis à la Cité internationale. Le concert a eu lieu le mercredi 30 septembre, dans le Salon Honnorat qui a fait, à l’occasion, salle comble.

 

La Cité, un vivier d’artistes au grand cœur

Avec 12000 résidents accueillis chaque année au sein de ses 40 maisons, la Cité internationale est un lieu privilégié de rencontres entre les artistes en devenir. Venus du monde entier, ils poursuivent leurs études dans les écoles de musique franciliennes.

 

Faisant preuve que la solidarité est une vertu sans frontières, ces jeunes musiciens ont pris l’initiative de se mobiliser pour soutenir les étudiants migrants venant des pays en guerre et résidant actuellement à la Cité internationale. Un groupe d’artistes s’est très vite constitué, regroupant des pianistes allemand, ukrainienne, des chanteuses japonaise, belge, une harpiste argentine ou encore une flûtiste chinoise, une clarinettiste américaine et un bandonéoniste argentin.

 

Leur message, transmis à travers le langage universel de la musique, est simple : donner le meilleur de soi pour pouvoir vivre ensemble.

 

 

Nous remercions les résidents artistes pour leur talent et leur investissement !

 

 

Retour sur le programme du concert :

  • Ensemble Ecoute : Ana Mainer Martín (flûte), Lauriane Maudry (clarinette), Carmen Mainer Martín (basson allemand), Daniela Lucero (violon), Kervi Bravo Araque (violon), YuehNing Lee (alto), Ángela Escauriaza (violoncelle), Juan Ignacio Guerra (bandonéon), Marina Maluli (piano), Gabriela Czerednikow (harpe), Alex Nante (compositeur), Fernando Palomeque (piano – chef) : Terry Riley (1935- …), « In C », Maison de l’Argentine
  • Wataru Hisaue (piano) : Felix Mendelssohn (1809-1847), Lieder ohne Worte, op. 62-1, op. 67-2, Maison du Japon – Fondation Danoise
  • Kojima Ryo, Marié Kawanami (violon et piano) : Camille Saint-Saëns (1835 – 1921), Havanaise, Maison du Japon – Collège d’Espagne
  • Eri Tanaka (chant + piano) : Yoshinao Nakata (1923-2000), Kiri to Hanashita, Maison du Japon – Fondation Biermans-Lapôtre
  • Santanu Datta (guitare) : Francisco Tarrega (1852-1909), Recuerdos de l’Alhambra, Maison de l’Inde
  • Jorge Garcia Herranz (piano) : Leopoldo Federico (1927-2014), Sueno de tango, Maison Heinrich Heine
  • Jorge Garcia Herranz (piano) : Carlos Gardel (1890-1935), La Galleguita, Maison Heinrich Heine
  • Jenny MacLay ( clarinette) : Niccolo Paganini (1782-1840) Caprice n° 15, Maison des États-Unis
  • Matias Olivieri (piano) : Sergueï Rachmaninov (1873-1943), Prélude n°12 op. 32, Maison Heinrich Heine
  • Floriane Petit, Olga Kirpicheva (chant et piano) : Christoph Willibald Gluck (1714-1787), Orfeo ed Euridice, « Che faro senza Euridice », Fondation Biermans-Lapôtre
  • Philipp Christoph Mayer (piano) : Robert Schumann (1810-1856), 3e mouvement de la Fantasie C-dur, Maison des élèves ingénieurs Arts et Métiers
  • Jessica Jiang (flûte) : Sigfrid Karg-Elert (1877-1933), Chaconne, Collège Franco-Britannique
  • Matthew Blackburn (piano) : Johannes Brahms (1833-1897), Intermezzo op. 118 n°1 et 2, Maison des Étudiants Canadiens
  • Benjamin Laurent, Agata Schmidt, Elodie Laurent (piano et chant) : Johannes Brahms (1833-1897), Gesänge, op. 91, Fondation de Monaco