Portrait croisé d’administrateurs résidents : Damien et Aubin

En début d’année universitaire, chaque maison élit un comité de résidents et deux représentants à l’Assemblée des Délégués des Comités de Résidents (ADCR) qui participent à la vie collective de leur maison et du campus. Parmi les membres de l’ADCR, quatre étudiants (deux titulaires et deux suppléants) sont désignés pour siéger au Conseil d’administration de la Cité : ce sont les administrateurs résidents.

02/11/2015


par Lola Aubert


Aubin (à gauche) et Damien (à droite) dans la serre du jardin partagé - Photo : Satenik MKHITARYAN
Aubin (à gauche) et Damien (à droite) dans la serre du jardin partagé - Photo : Satenik MKHITARYAN

Damien et Aubin étaient administrateurs résidents de la Cité internationale durant l’année 2014-2015. À l’approche des élections de la rentrée, ils reviennent ensemble sur cette expérience riche en apprentissage et en découverte.

Répondre aux attentes des résidents et diffuser les valeurs de la Cité


Le rôle représentatif est au cœur de la fonction : en effet, une part importante du mandat consiste en « faire remonter l’information, les attentes des résidents, et voir comment il est possible d’y répondre à notre échelle » explique Damien.

Il s’agit également d’organiser des projets susceptibles de diffuser les valeurs historiques de la Cité, mais aussi de les inscrire dans le contexte et les enjeux de société actuels. C’était le cas avec la création d’un jardin partagé à la Cité : l’objectif était de créer un nouveau lieu de rencontre commun, aux plus-values pédagogiques et environnementales.

Damien et Aubin le concèdent volontiers : être élus au poste d’administrateur résident demande de la disponibilité et du temps. « Il y a parfois énormément de travail, surtout à l’occasion de l’organisation de grands événements, tels que la Fête de la Cité. Mais ce sont de belles réussites ! » reconnaît Aubin.


Fête de la Cité 2015 - Photo : Tangi BERTIN

Fête de la Cité 2015 – Photo : Tangi Bertin

 

Une chance unique et une expérience inoubliable


La mise en place de projets, la gestion d’un portefeuille budgétaire ou le travail en groupe sont autant d’éléments qui sont au programme de beaucoup de formations mais que les étudiants ont rarement le temps ou l’opportunité de mettre en pratique avant leur arrivée dans la vie professionnelle. « Grâce à l’ADCR, j’ai retrouvé toutes les facettes de mon ancienne formation d’ingénieur. Il y a quatre ans, j’ai réalisé une étude de faisabilité sur un jardin d’un quartier défavorisé d’Angers. J’ai pu réutiliser ces connaissances pour monter le projet de jardin partagé à la Cité. J’avais déjà d’ailleurs quelques contacts à la Mairie de Paris que j’ai pu réactiver ! » raconte Aubin, aujourd’hui étudiant en médecine.


Serre du jardin partagé

La serre du jardin partagé



L’ADCR, c’est aussi des rencontres quotidiennes avec des personnes de la Cité et des acteurs de tous horizons « qui n’auraient d’ailleurs jamais pu se réaliser en étant simplement résident » souligne Aubin. Pour Damien, c’est également « le sentiment de faire des choses vraiment utiles, qui tendent vers l’intérêt collectif ».

Un tremplin professionnel


« L’année passée, nous avons beaucoup travaillé avec des partenaires externes. Ce sont des contacts qu’on conserve précieusement. Grâce à mon mandat et ces rencontres, on m’a récemment proposé de participer à un comité d’expertise en agriculture urbaine. Pour l’instant, il s’agit d’un travail bénévole, mais c’est assurément un atout pour plus tard » assure Damien. « Pour les personnes ayant une affinité particulière avec la gestion de projet, c’est une fantastique expérience, tout à fait valorisable sur un CV » précise Aubin. C’est le cas de Linnea, membre de l’ADCR, qui a trouvé un stage grâce son activité au sein du campus et de sa maison à l’Ambassade de Suède.

En bref, « être Président de l’ADCR, c’est une expérience qui m’a beaucoup apporté et dans laquelle j’ai énormément appris : je la recommande à tout le monde » conclut Damien.