Pour des raisons de sécurité (plan Vigipirate), les accès des 15 bis, 23 et 37 bd Jourdan et le 7 rue Emile Faguet sont actuellement fermés. Les autres accès restent ouverts.
Merci de votre compréhension. 

26/01/2023
Entretiens Nos résidents Maison des étudiants de la francophonie Maison de l'Île-de-France

La Cité internationale m'a ouvert l'esprit plus que je ne le pensais

Isabella López Trejos

Isabella López Trejos, résidente à la Maison des étudiants de la francophonie, nous livre son point de vue sur son parcours, la Cité internationale et ses projets.

Peux-tu nous raconter ton parcours et ton arrivée à la Cité internationale ?

Je m’appelle Isabella López Trejos et je viens de Colombie. J’ai commencé mes études en licence d’économie à la Pontificia Universidad Javeriana Cali en 2018 et grâce à un programme de double diplôme, j’ai pu commencer un master en économie du développement durable à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne en 2021. Actuellement, je suis en deuxième année.

J’ai été acceptée à la Cité internationale grâce à une convention entre l’Agence universitaire de la Francophonie et la Maison des étudiants de la francophonie. Dès mon arrivée sur le campus, j’ai rencontré plusieurs personnes qui sont maintenant presque comme une famille pour moi. En outre, j’ai bénéficié de l’aide du personnel d’accueil de la maison qui m’a guidé sur toutes les démarches et formalités administratives que je devais accomplir.

Qu’est ce qui t’a motivé à intégrer la Cité internationale ?

Avant même de savoir si j’avais été acceptée à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, j’avais effectué des recherches pour connaître les endroits où il était possible de vivre à Paris. Il n’y en a qu’un qui a attiré mon attention : la Cité internationale universitaire de Paris.

L’idée d’avoir une maison de chaque pays représentant différentes nationalités et cultures au sein d’un même campus me semblait être une idée brillante. Un environnement véritablement conçu pour les étudiants, avec une bibliothèque, des installations sportives, une banque et même différents restaurants. Cela me semblait parfait.

Dès que j’ai su que je venais vivre à Paris, j’ai fait tout mon possible pour être acceptée à la Cité internationale. Je suis très reconnaissante de pouvoir dire que je vis ici depuis 2 ans maintenant.

Quels sont tes projets et objectifs futurs ?

Après mon master, je souhaite rester à Paris pendant quelque temps afin d’acquérir une certaine expérience à l’étranger et, enfin, de retourner en Colombie pour pouvoir mettre à profit tout ce que j’ai appris et soutenir la croissance et le développement de mon pays.

Je suis très intéressée par tout ce qui concerne l’économie de l’environnement et les évaluations d’impact. Plus précisément, j’aimerais travailler sur l’évaluation économique des services écosystémiques afin de donner une voix aux ressources naturelles pour qu’elles soient prises en compte dans le processus décisionnel, notamment dans des pays riches en biodiversité comme la Colombie. 

Penses-tu que ton séjour à la Cité internationale soit un tremplin pour ton avenir ?

Oui, la Cité internationale m’a donné beaucoup d’opportunités. Tout d’abord, elle m’a aidé à poursuivre mes études grâce à  son programme de bourses de mérite et d’engagement. Cette bourse m’apporte non seulement un soutien financier, mais aussi un soutien professionnel en me mettant en relation avec un mentor qui me guide dans tout ce qui a trait à l’environnement de travail et à la vie professionnelle en France. Cela me permet d’établir des contacts, mais aussi d’avoir quelqu’un qui peut me donne des conseils et des recommandations. Ce programme de bourses est essentiel car lorsque nous arrivons à Paris en tant qu’étudiant nous avons tendance à nous sentir assez seuls et perdus à cet égard.

Deuxièmement, au sein de la Cité internationale, j’ai construit avec deux amis latino-américains un échange linguistique appelé « No habla ». Ce projet s’est rapidement étendu au sein du campus et nous comptons désormais plus de 400 participants. La Cité internationale nous a soutenus depuis le début, tant sur le plan logistique que financier, pour développer ce type d’activités qui nous permet d’élargir nos compétences en matière de leadership et de créativité. Sans la Cité internationale, je ne pense pas que j’aurais pris le risque de créer un événement d’une telle ampleur, qui mêle mon amour pour les langues et mon intérêt pour les différentes cultures.

Si tu devais résumer la Cité internationale en un mot, lequel choisirais-tu ?

Apprendre.

La Cité internationale m’a ouvert l’esprit plus que je ne le pensais. Vivre ici me permet de côtoyer des personnes de nationalités et de milieux très différents. C’est une richesse culturelle inestimable.

J’y ai rencontré des personnes qui me motivent à aspirer à plus et qui m’apprennent que d’innombrables possibilités s’offrent à moi.

Isabella López Trejos
Maison des étudiants de la francophonie

DES RÉSIDENTS ENGAGÉS

Les résidents sur le campus sont très engagés. Ils sont invités à s’investir dans la gouvernance, la vie collective et le développement du campus et mènent de nombreux projets participatifs. Pour construire un avenir commun, ils s’engagent sur les grands enjeux du monde contemporain en bénéficiant des échanges et des rencontres qu’ils font dans leurs maisons et sur le campus. 

Un laboratoire d’idées

Laboratoire d’idées et de création pour penser le monde de demain, la Cité internationale occupe une place singulière dans le paysage culturel parisien comme lieu de vie de la jeunesse internationale. Projets artistiques et écologiques collaboratifs foisonnent sur le campus.

Partager