Pour des raisons de sécurité (plan Vigipirate), les accès des 15 bis, 23 et 37 bd Jourdan et le 7 rue Emile Faguet sont actuellement fermés. Les autres accès restent ouverts.
Merci de votre compréhension. 

La première maison de la Cité internationale

La Fondation Deutsch de la Meurthe a été la première à voir le jour à La Cité internationale. Elle est le fruit d’une initiative privée. Issu d’une grande famille de mécènes, Émile Deutsch de la Meurthe a financé avec son épouse, Louise, la construction des sept pavillons de la Fondation. Le mécène a décidé d’emblée de consacrer 10 millions de francs or à ce projet, mais uniquement si la création de la Cité universitaire était votée dans un délai maximum d’un an. La loi paraîtra au journal officiel le 29 juin 1921, soit la veille de l’ultimatum. Les travaux ont débuté en mai 1923. La Fondation Deutsch de la Meurthe a été inaugurée au printemps 1925.

La Fondation Deutsch de la Meurthe est gérée par la fondation nationale Cité internationale universitaire de Paris.

Une architecture inspirée des collèges anglais d'outre-Manche

Les plans ont été dressés par l’architecte Lucien Bechmann, qui sera l’architecte conseil de la Cité internationale pendant trente ans. Inspiré par les cités-jardins du début du XXe siècle et les collèges anglais d’outre-Manche comme Oxford ou Cambridge, il a adopté un style régionaliste. C’est sur la base d’un plan parfaitement symétrique qu’il a projeté sept pavillons articulés autour d’un espace vert central. Six d’entre eux étaient réservés à l’hébergement des étudiants, les  étudiantes étant logées dans le pavillon Pierre et Marie Curie jusqu’aux années 70. Ces pavillons portent le nom de scientifiques et d’universitaires.

Des rénovations successives

A partir de 2005, une réhabilitation des pavillons par tranches successives a été engagée, visant à la restauration  des façades et des toitures ainsi qu’à l’amélioration du confort des chambres. Les trois pavillons Pierre et Marie Curie, Pasteur et Gréard ont été les premiers à bénéficier d’une rénovation.

Monuments historiques

En 1998, les toitures des pavillons, les jardins, les terrasses dallées, ainsi que le vestibule et le grand salon du pavillon central ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La maison dispose de 347 logements.

Alumni célèbres

De nombreux résidents illustres ont séjourné dans cette résidence, notamment les écrivains et philosophes Jean-Paul Sartre et Paul Nizan, les hommes politiques Léopold Sédar Senghor et Habib Bourguiba ou le réalisateur grec Theo Angelopoulos.