Maison du Maroc


Histoire de la maison

Un double financement

La Maison du Maroc a vu le jour à l’initiative du roi du Roi Mohammed V. Le gouvernement marocain signa le 4 juillet 1949 une convention pour son édification au sein du parc de la Cité internationale et finança le premier des deux pavillons qui composent le bâtiment. Le second a été financé par un donateur privé, Jean WALTER, qui avait fait fortune grâce à une société des mines qu’il possédait dans la ville marocaine de Zellidjàa. La maison a ouvert sa porte aux étudiants en octobre 1953.

 

Bon à savoir
Jean WALTER, qui participa  au financement de la Maison du Maroc, s’est également illustré par son travail d’architecte, notamment dans le domaine hospitalier et les logements sociaux.

Une architecture typique des années 1950

La Maison du Maroc a été créée par les architectes Albert LAPRADE, Jean VERNON et Bruno PHILIPPE.  Ils imaginèrent deux pavillons typiques des années 1950, l’un abritant 161 chambres, l’autre 48. Ils y introduisirent certains détails, comme les toitures en tuile vernissée, qui évoquent l’architecture traditionnelle marocaine.

 

Bon à savoir
L’un des trois architectes de la maison, Albert LAPRADE, connaissait bien le Maroc. Il y avait vécu cinq ans au début de sa carrière. Il  travaillait à l’époque sur les plans d’urbanisme de Casablanca. A la Cité internationale, il a également participé à la conception de la Fondation ABREU DE GRANCHER et de la Résidence Lucien PAYE.

Une maison entièrement rénovée

La Maison du Maroc a été rénovée en 1982 par André PACCARD, directeur des bureaux techniques du palais royal au Maroc. Ce spécialiste de l’artisanat traditionnel islamique dota notamment le bâtiment d’un patio. En 1992, puis de 2002 à 2008, de nouveaux travaux de rénovation ont été lancés. Conduits par l’architecte marocain Mohammed FIKRI BENABDALLAH, ils ont permis aux pavillons de gagner en confort et en accessibilité. Grâce à cette optimisation, la Maison du Maroc totalise ainsi 229 logements.

 

Bon à savoir
Lors de la deuxième vague de travaux de rénovation, le second pavillon a été affecté aux chercheurs grâce à l’aménagement de 53 studios équipés de sanitaires et d’un coin cuisine.