Héros de la Cité : « A la Cité internationale on a la possibilité de réussir nos objectifs et, en même temps, l’opportunité de connaître d’autres cultures, expériences, opinions ou parcours. » | Sara Fuentes Garzón


04/12/2019


Peux-tu nous raconter ton parcours et ton arrivée à la Cité internationale ?

Je suis journaliste et j’ai aussi un Master en Études Internationales. En ce moment, je suis en train de finir ma dernière année de Doctorat en journalisme dans le domaine des Médias et Études européennes. Je suis arrivée à la Cité internationale en janvier 2018 pour approfondir mes recherches dans le cadre de ma thèse, grâce à un accord académique d’un programme d’études de l’Union européenne. Pendant ce temps, j’ai eu la possibilité de collaborer avec différents groupes de recherche, comme ceux de l’Université Sorbonne Nouvelle, de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et de l’Université Paris Est-Créteil. Quand je suis arrivée à la Cité internationale, j’ai compris que j’avais tous les moyens pour bien avancer dans mes études et, en même temps, qu’on avait toujours l’opportunité de collaborer au sein de projets socio-culturels, d’initiatives des résidents, d’activités scientifiques qui ont lieu chaque semaine au sein du campus. Il faut simplement avoir l’enthousiasme et le temps pour commencer à connaître et partager tout ce qu’il est possible d’avoir à la Cité internationale.

Qu’est ce qui t’a motivé à intégrer la Cité internationale ?

En premier lieu, une fois qu’on est résident à la Cité internationale on trouve notre petite place à Paris pour bien continuer nos projets dans un campus d’excellence internationale. On a tout pour bien étudier et compléter chaque journée avec des activités sportives, culturelles, scientifiques et aussi une vie associative dense au cœur du campus On part à l’étranger mais on trouve rapidement notre maison. Il ne faut pas parler la même langue ou être née dans un même lieu pour bien se comprendre et aussi développer une convivialité à partir de valeurs comme la tolérance, le respect ou la paix. A la Cité internationale, on a la possibilité de réussir nos objectifs et, en même temps, l’opportunité de connaître d’autres cultures, expériences, opinions ou parcours. C’est apprendre chaque jour un peu plus, comprendre où l’on en est au moment de progresser dans nos compétences et connaissances. C’est aussi un temps précieux pour créer des liens professionnels ou sociaux parce qu’on habite dans un espace international de plus de 150 nationalités.

Quels sont tes projets et objectifs futurs ?

Mon projet principal est de terminer ma formation doctorale et de participer aux divers activités scientifiques à Paris pendant cette année académique. Je voudrais bien continuer mon parcours professionnel international après le Doctorat. Mes projets sur le court terme englobent aussi la vie à la Cité internationale. Je souhaite plus participer aux activités menées par le Bureau Des Résidents, notamment en tant musicienne dans l’Orchestre du Collège néerlandais, et aux activités de sensibilisation sur le développement durable lancées récemment au sein du Club des Océans de la Fondation de Monaco.

Penses-tu que ton séjour à la Cité internationale soit un tremplin pour ton avenir ?

Mon séjour à la Cité internationale m’a permis de comprendre que dans cet espace exceptionnel on a la liberté d’essayer de faire mieux, d’améliorer nos compétences et connaissances. On apprend, on partage et on comprend mieux qu’on a plein d’opportunités pour évoluer et réussir nos défis académiques et aussi personnels. Le résultat est déjà très positif et, par conséquent, je pense que c’est le début d’un bel avenir qui s’ouvre.

Si tu devais résumer la Cité internationale en un mot, lequel choisirais-tu ?

Le mot que je choisirais est progrès. La Cité internationale est un projet international qui est un modèle de progrès. Son histoire est un vrai exemple de progrès des relations internationales et, de plus, la Cité internationale est toujours en train de développer ses services et la construction de nouvelles maisons. D’un autre côté, l’ensemble des étudiants, doctorants, chercheurs et artistes qui sont à la Cité internationale peuvent se perfectionner dans leurs domaines d’études correspondants mais aussi comme citoyens avec une expérience internationale très complète et à partir de valeurs universels et de principes fondamentaux d’une société qui avance en même temps et, parfois, très rapidement.

Sara Fuentes Garzón | Résidente au Collège d’Espagne


Retrouvez Sara et toute l’équipe BDR sur leur Facebook.