Héros de la Cité : « La Cité internationale est un tremplin, on ne se rend pas compte du nombre de personnes intéressantes qui logent ici et le nombre de projets qui y naissent. » | Sanda M’tar


21/11/2019


Peux-tu nous raconter ton parcours et ton arrivée à la Cité internationale ?

Depuis toute petite, j’ai toujours adoré regarder les publicités à la télé, surfer sur le web, organiser les anniversaires de mes copines. Arrivée en terminale, je ne savais pas dans quel domaine me diriger, et pour la petite histoire c’est une copine qui m’a regardé avec cet air si sûre et m’a dit « mais Sanda, c’est évident, ce que tu es, et ce que tu as toujours fais, c’est organiser et gérer des événements ». Elle n’avait pas tord mais aujourd’hui ce n’est qu’une infime partie de mon métier. J’ai fait 3 ans dans une école internationale de communication, je suis actuellement en Master 2 à Sup de Pub spécialisée dans le E-marketing. A côté de ça, j’ai pu acquérir de l’expérience grâce à divers stages dans des sociétés Internationales ou nationales telles que SBM Offshore, Les Ballets de Monte-Carlo, la Chambre Economique Monégasque, Xelya… En parallèle de mon contrat professionnel chez Xelya (éditeur de logiciels métier pour cabinets d’avocats, service à la personne et PME) et de mes études, j’ai aussi une petite casquette d’auto-entrepreneuse puisque j’ai travaillé sur divers projets : j’ai été chargée de créer une stratégie médias sociaux pour une pièce de théâtre « Nos petits secrets » de Romaric Poirier et je viens tout juste de m’associer à deux jeunes femmes, pour le lancement de notre marque de prêt à porter, Pépite Paris, qui sera présente lors du marché de Noël de la Cité internationale du 15 décembre pour son lancement.

Qu’est ce qui t’a motivé à intégrer la Cité internationale ?

J’ai intégré la Cité internationale il y a un peu plus d’un an aujourd’hui. J’en avais entendu parlé, notamment par des amis qui y résident. J’ai trouvé que c’était une belle occasion pour moi de ne pas être complètement dépaysée, puisque je quittais tout juste le domicile familial et mon pays : Monaco. Il y a un côté rassurant ici, puisqu’on sait qu’on ne sera pas seule et qu’on a la chance et l’opportunité de rencontrer des cultures différentes. Je ne m’étais pas trompée, j’ai beau être loin de ma famille, finalement on se crée aussi notre petite famille ici, notre petit chez-nous.
La Cité internationale est un grand réseau, nous sommes les professionnels de demain… et si certaines opportunités naissaient ici ?

Quels sont tes projets et objectifs futurs ?

Quand on me pose la question de mes projets futurs, je visualise énormément de choses, comme par exemple que Pépite devienne LA référence de prêt-à-porter des femmes. On pourrait me dire que je suis bien trop rêveuse mais finalement je crois qu’on doit croire en ses rêves, il suffit de regarder ces personnes qui nous inspirent pour une raison ou une autre. Par exemple pour moi, le parcours de Jeff Bezos ou Xavier Niel me fascine d’une certaine façon, tout deux partis de rien, parfois même en ayant tout perdu à un moment mais leur force c’est qu’ils y ont cru là ou personne n’y croyait. L’important c’est d’avoir une idée et d’y croire jusqu’au bout, même si ça ne marche pas du premier coup, même si les autres vous disent que c’est nul, il y aura toujours des bas mais c’est le but du jeu sinon ça n’est pas drôle ! Donc finalement dans l’avenir, je me vois prendre des risques pour entreprendre ce que j’ai envie entreprendre.

Penses-tu que ton séjour à la Cité internationale soit un tremplin pour ton avenir ?

Je n’ai aucun doute sur le fait que la Cité internationale est un tremplin, on ne se rend pas compte du nombre de personnes intéressantes qui logent ici, et le nombre de projets qui y naissent. La preuve en est, j’ai l’opportunité d’exposer Pépite et d’en parler, j’ai l’opportunité de rencontrer des personnes qui grâce à leur expertise peuvent également m’aider dans mes projets. C’est un nid à start-up si on le veut, pourquoi pas un deuxième Hub Lab à la Cité internationale ?

Si tu devais résumer la Cité internationale en un mot, lequel choisirais-tu ?

Mon mot pour décrire la Cité internationale est : opportunité

Sanda M’tar | Résidente à la Fondation de Monaco et Vice-présidente du BDR


Retrouvez Sanda M’tar et toute l’équipe BDR sur leur Facebook.