Le travail en confinement : le RSI témoigne

Le contexte actuel a d’importantes répercutions pour nos résidents : difficultés économiques, académiques, d’accès aux soins, stress, inquiétudes, isolement,… L’équipe du Relais Social international (RSI) avait déjà observé depuis plusieurs semaines une augmentation d’activité car beaucoup de résidents souffraient des incertitudes qui ont précédé l’entrée en vigueur des mesures sanitaires. 

A l’annonce du confinement, le personnel du RSI ne pouvait plus assurer les rendez-vous physiques, mais il devait, plus que ne jamais, assurer la continuité du service. Comme le souligne Lillian CORDOBA, chargée de l’accueil et de l’orientation  « Notre service sert de référence aux résidents en matière de prévention et d’accompagnement en cas de difficultés sociales ou psychologiques ». Le service s’est donc immédiatement réorganisé pour pourvoir répondre, à distance, aux besoins des résidents mais aussi à ceux de la Délégation Générale, des différentes Directions de la CiuP et des professionnels des maisons.

Depuis le début du confinement le RSI a maintenu autant que possible, les suivis déjà mis en place par l’assistante sociale et les psychologues du Bureau d’Aide Psychologique Universitaire (BAPU Pascal). Daphné AOUIZERATE, assistante sociale et coordinatrice du service précise que «à cette file active, se sont ajoutés plus de 150 appels et 350 mails de résidents non suivis ». Ce changement de rythme a donc nécessité de faire évoluer les pratiques : «dès la première semaine les psychologues du BAPU ont transformé leurs RDV en téléconsultations, j’ai créé une grille d’entretien social à distance pour me permettre d’analyser rapidement par mail et par téléphone un maximum de situations, la chargée d’accueil et d’orientation appelle régulièrement les résidents connus du service pour maintenir un lien et propose un suivi aux nouveaux ». Enfin, tous les services médico-sociaux avec qui le RSI travaille toute l’année, ont été contactés pour recenser leurs modalités de fonctionnement pendant les mesures de confinement.

La majorité des interventions individuelles du RSI concernent des résidents en difficulté financières. « Beaucoup ont vu leurs revenus diminuer, voir disparaître du jour au lendemain : contrats de travail précaires non reconduits, stages gratifiés interrompus, perte d’emploi du soutien financier familial à l’étranger, dévaluation monétaire des revenus une fois convertis en euros… ». Ils  peuvent bénéficier d’une étude de leur situation par l’assistante sociale et d’une orientation vers les services de droit commun pouvant leur apporter un soutien financier tels que le CROUS et le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris.

Presque la totalité des résidents déjà suivis par les psychologues du BAPU Pascal ont accepté de poursuivre leurs rendez-vous en téléconsultation. Comme en témoigne Jérôme BALLIF « Chaque étudiant m’appelle à l’heure de son rendez-vous et je suis toujours ému de la force de cet engagement dans le travail de thérapie. Pour certains, la réalité du confinement et ses difficultés ont besoin d’être évoquées, mais l’essentiel se déroule autour des problématiques déjà mises au travail auparavant. Il y a donc beaucoup de continuité dans cette expérience de grande discontinuité » L’équipe du RSI a également mis en place une trentaine de suivis psychologiques supplémentaires depuis le début des mesures de confinement. Parmi ces résidents, une dizaine relevait de soins psychiatriques en urgence :le stress et l’isolement peuvent générer l’apparition de troubles psychiatriques chez des personnes jamais diagnostiquées ou la réapparition de troubles chez des personnes déjà sous traitement. A ce jour, le RSI a pu proposer un suivi psychologique à tous les résidents qui en ont fait la demande grâce à l’aide du BAPU Pascal qui a rapidement pris en charge de nouveaux patients, et à d’autres services d’aide psychologiques partenaires. Enfin, plusieurs résidents souffrant de maladies chroniques ont pu être aidés pour reprendre un suivi médical et accéder à leur traitement.

En complément des prises en charge individuelles, le RSI est impliqués dans les projets de la CiuP visant à apporter des réponses collectives aux besoins des résidents : recherche d’aides alimentaires, FAQ,  Flash infos,… Parmi ces projets, le nouveau dispositif d’Aide Sociale COVID élaboré avec la Direction de l’Hébergement, va permettre aux résidents impactés financièrement par les mesures de confinement, de bénéficier d’une aide financière exceptionnelle sur leur loyer. « Ce dispositif permet également au RSI de proposer un accompagnement aux résidents que nous repérons en grande difficulté lors de l’étude des dossiers. Plus de 230 dossiers ont été reçus dans les délais annoncés et nous continuons de recevoir de nombreuses demandes ». Les dossiers sont étudiés et présentés en commission par 5 instructeurs, dont 4 professionnels volontaires d’autres services que l’assistante sociale a eu le plaisir de former à distance.

Enfin, l’équipe du RSI transmet régulièrement à la Délégation générale ses observations sur l’évolution des problématiques rencontrées par les résidents pour faire remonter les besoins.  Le RSI assure également une veille documentaire et juridique pour relayer les informations utiles.

L’équipe retient surtout l’aspect positif de cette expérience inédite : « La crise que nous traversons met en lumière les problématiques sur lesquelles le RSI a développé une expertise. Nous avons découverts de nouvelles façons de travailler. Nous somme en lien constant avec la Délégation Générale qui est à l’écoute de nos observations. Nous avons également touché un grand nombre de résidents qui ne connaissait pas encore notre service. Enfin, plusieurs collègues se sont portés volontaires pour « nous aider à aider » et ont été force de propositions pour mettre en place des réponses collectives aux besoins des résidents. Cet intérêt pour nos missions et cette solidarité reflète les valeurs humanistes fondatrices de la CiuP. Nous tenons à tous les remercier pour ce soutien précieux. »