Une diversité de décors intérieurs et extérieurs

Les maisons de la Cité internationale expriment des influences architecturales multiples mais ont en commun une grande exigence dans le traitement de leurs espaces extérieurs et intérieurs. Certains architectes se sont associés à des designers et des artistes pour concevoir le mobilier ou les aménagements intérieurs. Le principe fondamental des maisons du campus est de favoriser la vie étudiante en proposant de vastes lieux collectifs facilitant l’échange et la convivialité. Le hall d’entrée est souvent majestueux, comme en témoignent l’entrée solennelle de la Fondation Biermans-Lapôtre ou le bel escalier de la Maison Heinrich Heine. Les grands salons dédiés aux événements culturels sont des lieux importants de rayonnement de la maison. Ils disposent pour certaines de fresques et de peintures exceptionnels.

Découvrir la visite une Cité d'artistes

Des fresques et peintures exceptionnelles

Plusieurs artistes ont réalisé des fresques dans ces salons dédiés aux échanges culturels et au dialogue avec le monde. La Fondation des Etats-Unis abrite des fresques monumentales Art déco de Robert La Montagne Saint-Hubert, inscrites aux monuments historiques, évoquant les grands âges de l’art français. Le salon de la Fondation Biermans-Lapôtre présente des fresques peintes en 1927 par René Gaucher. Elles montrent des lieux et des édifices caractéristiques du patrimoine culturel et historique de chacune des villes de Bruxelles, Anvers, Namur et Liège.

Le salon de la Fondation hellénique au décor néoclassique est décoré d’une frise peinte par Pierre Victor Robiquet représentant des scènes inspirées des jeux antiques et de la mythologie. La salle de musique de la Fondation Deutsch de la Meurthe est ornée d’un décor académique sur le thème de la danse, peint par Guy-Loë et restauré par des étudiants de l’Institut National du Patrimoine.

La Résidence Lucien Paye comprend des tapisseries monumentales de Roger Bezombes. Le grand salon du Collège Néerlandais est décoré de deux peintures de Hordijk et Doeve, l’une dédiée aux grandes universités hollandaises, l’autre étant une carte des Pays-Bas au temps des colonies. Le grand salon et le hall de la Maison du Japon sont décorés de deux peintures murales signées du célèbre peintre Tsuguharu Foujita, commandes directes du fondateur : « L’arrivée des occidentaux au Japon » et « les chevaux ».

Sans oublier le grand salon de la Maison de l’Asie du Sud-Est richement décoré avec sa rampe d’escalier conçue sur un motif du Palais impérial de Hué. Le hall d’entrée de la maison comprend également un tableau réalisé par Lê Phô 1929, «Hanoï» ou « Temps de repos d’une mère et de trois enfants dans un préau ».

Un important patrimoine mobilier

Chaque maison possède un mobilier singulier, parfois réalisé en lien avec son architecture. Jean Royère et Charles Eames ont été sollicités pour le mobilier de la Fondation Avicenne.

A la Maison du Brésil, deuxième maison réalisée par Le Corbusier en 1959, après la Fondation suisse, l’aménagement des chambres est confié cette fois encore à Charlotte Perriand (la chambre historique ouverte au public comprend le mobilier d’origine). Jean Prouvé et Harry Bertoïa sont également sollicités. Au sein de la Fondation danoise, le design danois est représenté à travers les créations de deux de ses plus célèbres représentants : Hans Wegner pour le mobilier du salon et Poul Henningsen, créateur des luminaires pomme de pin qui ornent le grand salon.

Autre exemple, la Maison des Provinces de France qui témoigne d’un grand raffinement dès le vestibule et son remarquable décor de mosaïques. Elle conserve des meubles d’origine de Léon Jallot, Jacques Adnet, Eugène Printz ou Jacques-Émile Ruhlmann. Ce dernier avait également dessiné des papiers peints qui ont été recréés par l’atelier d’Offard à Tours lors de la réhabilitation complète de la maison en 2003.

En face, la Fondation Rosa Abreu de Grancher est équipée d’un mobilier en acajou dessiné par Albert Laprade et préservé en quasi-totalité. Quand aux étudiants du Collège néerlandais, ils vivent et travaillent dans des meubles historiques dessinés en même temps que l’édifice par l’architecte moderniste Willem Marinus Dudok en 1938.

Le mobilier de Charlotte Perriand

Le mobilier dessiné par Charlotte Perriand pour la Fondation suisse est l’une des grandes forces de cette maison signée Le Corbusier. Dans les chambres comme dans les espaces collectifs du rez-de-chaussée, les volumes, le décor et les meubles s’harmonisent parfaitement, composant un tout, cohérent et harmonieux. Pour la Maison de Tunisie de l’architecte Jean Sebag, inaugurée au printemps 1953, Charlotte Perriand est responsable de quarante chambres avec la participation des plasticiens Sonia Delaunay, Nicolas Schöffer, Silvano Bozzolini pour la polychromie et des Ateliers Jean Prouvé pour l’exécution. Elle conçoit également la bibliothèque de la Maison du Mexique.

Partez à la découverte de nos trésors cachés avec la série de vidéos « Regards »

La Pierre du soleil

Dans les jardins de la Maison du Mexique est installée une réplique de la pierre du soleil, une œuvre emblématique de l’art aztèque.

Les quatre saisons danoises

Le salon de la Fondation danoise est orné de fresques de Kraesten Iversen qui explorent le paysage danois à travers le prisme des quatre saisons.

 

L’arrivée des occidentaux au Japon

Installée depuis 1929 à la Maison du Japon, cette peinture du célèbre artiste Tsugouharu Foujita représente la rencontre entre deux civilisations.

 

Une fresque italienne du XIVe

Détachée de l’Eglise Santa Maria dei Servi de Milan, cette fresque attribuée à un auteur proche de Giovannino de’ Grassi est présentée à la Maison de l’Italie.

 

Le tableau « Hanoï » de Lê Phô

La rénovation de la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est a permis la restauration de cette toile de 1929 par les étudiants de l’Institut national du Patrimoine.

Les étudiants suédois se rendant à Paris

Cette toile de Jerk Werkmäster, exposée à la Maison des étudiants suédois, est réalisée à la manière d’une fresque de Dalécarlie, région connue pour ses décorations murales naïves.

 

Aux origines de l’Université

Sur les murs de la Bibliothèque centrale, une peinture de George Léo Nicolas Degorce célèbre les origines médiévales de l’université de Paris.

LE CNEAI=, LA CRÉATION À PORTÉE DE TOUS

Le Cneai= (Centre National Edition Art Image) est un centre d’art contemporain hébergé à la Cité internationale. Lieu de recherche, de production et de diffusion de l’art, le centre propose aussi aux résidents de participer à un ensemble d’activités : expositions, événements, collections et actions culturelles et éducatives.

LE THÉÂTRE ET SES ATELIERS POUR LES RÉSIDENTS

Le Théâtre de la Cité internationale organise des ateliers leur permettant de pratiquer une discipline artistique liée à la scène. Ils sont accompagnés par des artistes en résidence ou des intervenants extérieurs.