CitéScope

Festival Jardins du monde en mouvement #4

Du au
Le Parc de la Cité

Ces œuvres ont été réalisées dans le cadre de la 4e édition du festival Jardins du monde en mouvement. 5 jeunes créateurs ont été choisis par un jury de professionnels pour concevoir des jardins éphémères dans le parc du campus sur le thème de la nature en ville. Ils dialoguent avec les architectures du site et mettent en avant les enjeux actuels de développement durable.
Ce projet est soutenu par le mécénat de la Caisse des Dépôts et proposé par l’Oblique, centre de valorisation du patrimoine de la Cité internationale universitaire de Paris.

Les 5 projets lauréats

A tribute to Luis B. par Soline PORTMANN
En référence et en écho direct à l’ouverture sur la terrasse jaune de la Maison du Mexique, ainsi qu’au jaune Barragan, un grand plateau de briques d’argile couleur soleil émerge du sol. Fait de terre cuite, il est comme une excroissance de sa terre. En son centre, émerge une végétation endémique du Mexique. Celle-ci évolue de façon aléatoire, nous laissant la surprise de sa forme en devenir.

Écrins de nature par Fanny GIRAUDEAU
Dans cette composition, les « écrins » sont de grands paniers en vannerie, inspirés de l’art japonais. Ils sont réalisés à la main, en rotin et osier blanc naturel. Grâce au tressage ajouré, les plantes prennent la liberté de s’accrocher, de grimper, de pousser tout en étant protégées. La palette végétale est composée de plantes d’ombre et exotiques dont les couleurs et les formes variées évoquent les multiples trésors de la nature.

Poème pour demain par Adam W. PUGLIESE
S’inspirant du concept du palimpseste* cette structurefresque se base sur les éléments invisibles de la Fondation Suisse: la structure métallique cachée du bâtiment et le mural photographique disparu de Le Corbusier, pour proposer une réflexion sur l’architecture de demain. Elle traduit la volonté d’une approche durable dans les pratiques des jeunes architectes, à travers le réemploi des ressources, l’utilisation de matériaux biosourcés et un nouveau regard sur les usages des jardins en milieu urbain.
*Parchemin dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte.

La voix des plantes et des pierres par Audrey CARMES, Clara LE MEUR, Clémence MATHIEU et Jean-Alfredo ALBERT
Cette œuvre se compose de trois dispositifs d’amplification sonore acoustique et électronique. Le premier, nommé Monsieur Caillou est un farceur, se dissimule dans une sculpture – caillou qui vous invite à écouter la voix des pierres. Le second, Vive la pluie, se présente comme un bassin de recueil des eaux de pluie permettant d’écouter le bruit des gouttes. Le dernier dispositif, baptisé Ecoutez, ça frétille, s’organise autour d’un cône d’écoute orienté vers les massifs de graminées qui révèle les murmures des plantes.

Sphères victorieuses par Lila BOULNOIS, Elodie GUILLEMOT et Alexis CAMPAGNE
« Sphères victorieuses » est un jardin éphémère qui rend hommage à Julie-Victoire Daubié, première femme ayant obtenu le baccalauréat en 1861. Composée de 10 massifs structurés en buttes pour rappeler la forme des boules qui étaient utilisées dans le système de notation du jury pour l’examen, cette installation accueille des essences locales, sélectionnées pour la couleur de leur floraison. L’œuvre dialogue avec la Résidence Julie-Victoire Daubié inaugurée en 2019, en mettant en valeur sa  perspective.

Biographies des lauréats

Soline Portmann est diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris depuis 2008. Passionnée par le  paysage et les espaces naturels, cette autodidacte est lauréate de plusieurs concours dans ce domaine. Elle mobilise son double regard de scénographe-paysagiste pour concevoir des espaces dont la mise en scène est une célébration du vivant sous toutes ses formes.

Fanny Giraudeau est architecte, diplômée de l’École nationale supérieure d’architecture de Normandie en 2018. Dans ses  projets, elle associe ses moyens d’expression favoris, le dessin et le paysage, pour sensibiliser le grand public à la protection de l’environnement. Originaire de Touraine, elle choisit de collaborer, pour cette installation, avec l’atelier Romand’Art, afin de
renouer avec la vannerie , un art renommé dans cette région.

Adam W. Pugliese est architecte et artiste. Il est diplômé de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes depuis 2016.  Dans sa pratique, il adopte une démarche spatiale et anthropologique. Son parcours et son approche artistique s’orientent vers l’exploration de nos modes d’habiter, d’occuper le territoire et notre capacité à le transformer.

Audrey Carmes, diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2020, Clara Le Meur, diplômée de  l’Académie de design d’Eindhoven en 2019, Clémence Mathieu et Jean-Alfredo Albert, diplômés de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles en 2018, forment un collectif pluridisciplinaire qui prête attention à leur environnement. Ils sont  animés par une pensée commune où le jeu, l’attention portée vers le plus petit signe et le respect de l’environnement se  combinent pour tenter de nous ouvrir au monde sensible.

Lila Boulnois, Élodie Guillemot et Alexis Campagnes sont étudiants à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles. En 2018, ils forment le collectif L-E-A, motivés par une vision commune : concevoir des jardins ancrés dans l’esprit du lieu et faire résonner histoire et jardin. Pour leur première participation à un concours de jardin, ils ont choisi de rendre hommage à la place de la femme dans le paysage.