Héros de la Cité : « Les réseaux que l’on se crée à la Cité internationale sont autant d’opportunités qui peuvent se présenter ! » Laure Mégevand


30/09/2020


Peux-tu nous raconter ton parcours et ton arrivée à la Cité internationale ?

Après un bac Scientifique en 2008, j’ai fait un BTS agricole en productions animales que j’ai obtenu en 2011 après un an à mi-temps au pair et à mi-temps dans un cabinet vétérinaire en Allemagne.

En 2012, je rentre en France et je commence des études en langues, littératures et civilisations étrangères en Allemand et Suédois à  l’Université Lumière Lyon 2. Après deux ans, mes racines me rattrapent et je passe de l’Allemand à l’Anglais. J’obtiens une double licence en Anglais-Suédois après une année Erasmus à l’Université d’Uppsala en 2017. En septembre de la même année, je m’inscris à l’Université Paris Nanterre pour suivre un Master en enseignement du Français langue étrangère (Master FLE). C’est au même moment que je postule à la Cité internationale pour la première fois. Malheureusement, ma demande est rejetée. Je trouve alors un petit studio à quelques pas de la Cité internationale. L’année suivante, je postule à nouveau sans grandes convictions mais mon dossier est finalement accepté. J’emménage donc le 1er septembre 2018 à la Fondation danoise. 

Après deux ans passés dans cette magnifique maison, je vais bientôt la quitter pour découvrir d’autres horizons et notamment la vie active !

Qu’est-ce qui t’a motivé à intégrer la Cité internationale ?

La première fois que j’ai visité la Cité internationale, j’avais 7 ans. J’étais allée voir la Fondation Suisse avec mes parents et j’avais dit à mon père: « un jour, j’habiterai ici ». 

Je viens d’une famille multiculturelle. Ma mère est Française et mon père est d’origine suisse et anglaise. Je suis née à Genève et j’ai toujours grandi dans cet environnement qui mélange les cultures. C’est très naturellement que j’ai voulu venir à la Cité internationale lorsque j’ai su que j’allais étudier à Paris.

Quels sont tes projets et objectifs futurs ?

Je compte enseigner le français à l’étranger et ainsi pouvoir à la fois partager ma culture et à la fois en découvrir une nouvelle. 

Penses-tu que ton séjour à la Cité internationale soit un tremplin pour ton avenir ?

Je pense que oui car non seulement, cela m’a permis de me conforter dans mon choix de carrière mais j’ai également pu rencontrer de nombreuses personnes des quatre coins du monde. Les réseaux que l’on se crée à la Cité internationale sont autant d’opportunités qui peuvent se présenter ! 

De plus, j’ai beaucoup appris en m’investissant dans la vie des résidents en rejoignant tout d’abord des associations comme Cité souk. Puis en participant à la création d’une nouvelle initiative résidente avec God of Ludo. Et enfin en étant membre du comité de ma maison et en représentant cette maison lors des réunions du Bureau des résidents du campus.

Si tu devais résumer la Cité internationale en un mot, lequel choisirais-tu ?

Si je ne devais choisir qu’un seul mot pour décrire mon expérience à la Cité internationale, ce serait : le paradis !

Laure Mégevand | Résidente à la Fondation danoise 

Retrouvez Laure et toute l’équipe de « God of Ludo » sur leur Facebook.