Covid-19 : précarité et élan de solidarité à la Cité internationale universitaire de Paris


18/11/2020


©AntoineMeyssonnier

Avec la crise sanitaire, la Cité internationale universitaire de Paris a vu se développer de nouvelles formes de précarité. Un nombre croissant d’étudiants et de chercheurs hébergés sur le campus sont particulièrement touchés par la crise économique et sociale due à l’épidémie de Covid-19 qui se poursuit. Face à cette précarisation et ces situations d’urgence, la Cité internationale a multiplié les initiatives pour aider les résidents les plus démunis. Un élan de solidarité s’est formé. Les étudiants s’entraident et parallèlement nos mécènes les plus solidaires apportent leur soutien. Mais, dans un contexte budgétaire difficile, ces actions de solidarité ne sont pas suffisantes. Pour la première fois, la Cité internationale lancera courant novembre une campagne d’appel aux dons grand public.


Des menaces croissantes de précarisation

Près de 6000 étudiants et chercheurs internationaux sont actuellement confinés à la Cité internationale universitaire de Paris. Pour certains, il s’agit du deuxième confinement. Environ 600 résidents ont été identifiés comme étant en situation de précarité ou éprouvant des difficultés financières. Le Relais social internationale observe chaque jour une progression des saisines indiquant une croissance des formes de précarisation. Les demandes d’aide financière ont été multipliées par 10. Nous avons également observé une augmentation du nombre de résidents demandeurs d’un soutien psychologique. « Ils sont nombreux à faire face à un risque d’isolement et à une menace grandissante de précarisation » alerte Daphné Aouizerate, Assistante sociale et coordinatrice du Relais social international.

Les raisons sont multiples mais toujours liées à la crise sanitaire et aux confinements successifs : fin des stages, des contrats à durée déterminée, des contrats de vacation, difficulté à trouver un emploi, dévaluation monétaire des revenus une fois convertis en euros, suppression des bourses ou érosion de l’aide familiale. Une fois le loyer payé, le reste à vivre est parfois faible en dépit des aides proposées par le CROUS ou la Ville de Paris. « Jamais nos étudiants n’ont connu une telle situation. Ils sont confrontés à une baisse significative de leurs ressources. Certains de ceux qui étaient épaulés par leur famille, ne le sont plus. Pour eux, se loger, se nourrir, se soigner devient, jour après jour, plus difficile » indique Laurence Marion, Déléguée générale de la Cité internationale universitaire de Paris.

Dès le premier confinement, deux grands réseaux de solidarité se sont développés sur le campus : l’entraide entre les jeunes et le soutien de nos mécènes.


Confinés mais solidaires
 

Les valeurs de partage et de tolérance sont à l’origine de la création de Cité internationale universitaire de Paris. Évoluant dans un environnement multiculturel fertile, ses résidents ont pleinement conscience que la diversité est une extraordinaire source d’enrichissement mutuel.

Pendant le premier confinement de mars 2020, la Cité internationale est restée très dynamique et fidèle à ses valeurs de solidarité et de dialogue des cultures. Des centaines d’initiatives ont été lancées durant tout le confinement. Une ambiance créative et solidaire a pu être maintenue sur le campus. Les maisons ont organisé de nombreux événements culturels ou artistiques en prenant en compte les contraintes sanitaires et en laissant s’exprimer la créativité de leurs résidents. Afin d’éviter l’isolement, notamment pour les plus fragilisés, les résidents ont redoublé de créativité pour faire vivre le campus : confection de masques, concerts aux fenêtres ou sur les réseaux sociaux, lancements de défis, de cours d’écriture, de danse, de musique, de cuisine ou de dessins, débats en ligne, création de jardins et de potagers… Les alumni se sont également mobilisés, proposant des cours gratuits de yoga ou encore de danse en live sur les réseaux sociaux.

Les résidents se sont également montrés solidaires envers les professionnels de santé. Un partenariat a été monté avec les services des urgences de l’hôpital St Louis à Paris qui avait besoin d’aide pour traduire en plusieurs langues les feuilles d’information remises aux patients avec suspicion COVID-19. Les résidents de la Cité internationale se sont fortement mobilisés pour assurer ces traductions. L’esprit de cette solidarité a été immortalisé par une chanson d’espoir intitulée « La musique nous unit, un message de paix ». Ce morceau de musique collaboratif a été enregistré par des résidents de la Maison du Liban avec leurs téléphones dans leurs chambres, avec l’ensemble musical de la Maison du Liban AD LIBITUM.

©MartaNascimento

©MartaNascimento

Une forte mobilisation des mécènes

Face aux situations d’urgence observées, les mécènes et partenaires de la Cité internationale se sont fortement mobilisés depuis le premier confinement.

Une levée de fonds exceptionnelle a permis en avril dernier d’apporter une aide rapide aux étudiants les plus démunis. La Cité internationale avait lancé un appel à ses mécènes et à ses partenaires. Un fonds de plus de 80 000 euros a pu être mis en place grâce à la Fondation Ardian, à la Fondation Vinci, à la Fondation Linklaters, au groupe Bolloré, à BNP Paribas Real Estate, à BNP Paribas et à la participation de la Région Île-de- France. Ce fonds a permis en particulier aux résidents rencontrant des difficultés en lien avec l’épidémie de Covid-19 de bénéficier d’une prise en charge de leur loyer du mois d’avril.

Grâce à l’engagement de ces entreprises, une bourse a également été attribuée à 85 étudiants pour l’année universitaire 2020-2021 dans le cadre du programme des bourses de la Fondation nationale Cité internationale. Le jury avait étudié près de 250 candidatures Ces bourses ont pour vocation d’offrir la possibilité aux étudiants et artistes les plus méritants et aux ressources les plus limitées de poursuivre leurs études et leur séjour dans les meilleures conditions. Elles permettent de prendre en charge le loyer pendant une durée de 10 mois et ouvre droit à l’ensemble des services proposés (sport, activités culturelles, services d’accompagnement, bibliothèque…).

Des partenariats solidaires

Parallèlement à la mobilisation de ses mécènes, la Cité internationale s’est appuyée sur les principaux partenaires de son Relais social international qui ont pu aider les étudiants grâces à leurs dispositifs d’aide financière : service social du CROUS de Paris et Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris notamment. L’association Le Cellier a également fait des dons de paniers alimentaires. Nous avons par ailleurs orienté 120 résidents en août dernier vers l’association Août Secours Alimentaire.

La Cité internationale a également noué des partenariats pour de l’aide alimentaire avec des entreprises de l’économie sociale et solidaire. Dans un contexte difficile, ces offres permettent aux résidents à petits budgets de se nourrir convenablement, avec des produits alimentaires de qualité et en dessous des prix du marché.

Les Restos du cœur ont ouvert le 21 octobre 2020 un Centre d’accueil et de distribution à la Cité internationale. Ce centre propose gratuitement une aide alimentaire aux résidents du campus répondant aux critères de plafond de ressources des Restos du Cœur. Près de 200 étudiants y sont servis chaque semaine.

En complément des offres de restauration déjà en place sur le campus (restaurants des maisons, restaurant universitaire-CROUS de Paris), la cantine sociale et éco-responsable, Avekapeti, livrera à partir du 17 novembre, pendant toute la durée du confinement aux résidents qui le souhaitent des repas faits maison avec 100% de produits sans toucher de bénéfices. Près de 200 commandes ont été passées en deux jours.

D’autres opérations avaient été lancées pendant le premier confinement. Une solution de restauration alternative avait été mise en place avec la start-up française Frichti. Des repas sains à tarifs réduits ont été livrés sur commande aux résidents du campus. Un partenariat avait également été signé avec l’association HopHopFood pour la mise à disposition des résidents de produits alimentaires gratuits via une application. Un réseau de commerçants solidaires prêts à donner des denrées alimentaires a été constitué à proximité du campus et plus largement à Paris. Les étudiants et chercheurs ont pu réserver ces produits sur l’application puis les récupérer directement auprès des commerçants. Enfin, certains résidents les plus démunis ont bénéficié d’une distribution de paniers repas gratuits dans le 13e arrondissement grâce à un partenariat avec AGORAE. 60 résidents ont pu être aidés sur plus de 3 semaines.

©Marta Nascimento

Les talents de demain ont besoin de votre solidarité pour réussir

Les difficultés que rencontrent nos étudiants mettent en péril leur réussite et leur accomplissement dans leur future vie professionnelle ainsi que les valeurs de solidarité et d’entraide pour lesquelles la Cité internationale se bat depuis presque 100 ans. Face au risque d’isolement et aux menaces de précarisation grandissante, la Cité internationale a dès le début de la crise sanitaire mis en œuvre des réponses efficaces. Toutefois, dans un contexte budgétaire difficile, ces actions de solidarité ne sont pas suffisantes.

Pour la première fois, la Cité internationale lancera courant novembre une campagne d’appel aux dons grand public sur les réseaux sociaux. « Au regard du caractère exceptionnel de la situation, nous allons lancer un appel à destination de nos amis afin d’accompagner et de soutenir ces étudiants » indique Laurence Marion. « L’initiative que nous portons pour soutenir nos étudiants et nos chercheurs et les accompagner dans leur réussite est essentielle ». Les dons récoltés permettront de continuer nos efforts et de faire naître de nouveaux projets solidaires en aide aux plus fragiles et plus démunis

Une antenne médicale. Elle donnera accès à nos étudiants à des consultations médicales de proximité et facilite leur orientation. Les dons permettront aux étudiants de consulter un généraliste en cas de problème de santé ou un médecin pour assurer un suivi gynécologique ou psychique.

Une épicerie solidaire. Elle donnera accès à nos étudiants à des produits alimentaires chaque semaine en proposant des denrées de qualité en dessous des prix du marché.

Un deuxième fonds d’urgence. Il répondra aux situations urgentes de précarité pour éviter que nos étudiants renoncent à des études prometteuses.

Née grâce au mécénat au lendemain de la Première guerre mondiale pour contribuer à la consolidation de la paix, la Cité internationale poursuit sa vocation : réunir en un même lieu les talents de demain et leur permettre d’expérimenter le vivre-ensemble au sein un environnement international propice à la réussite académique. Aujourd’hui, les talents de demain ont besoin de votre solidarité pour réussir.