Paroles de résidents

Marco BRIGHAM,
Résident de la Maison du Portugal – ANDRÉ DE GOUVEIA Administrateur résident titulaire

Cite-internationale-marco

La Cité internationale : Marco, parlez-nous de votre parcours.

Marco BIRGHAM : Après une adolescence à Figueira da Foz au Portugal, c’est en Belgique à Louvain-la-Neuve que j’ai commencé mes  études universitaires. Celles-ci m’ont conduit à mener une carrière de consultant en sécurité informatique et en audit en Belgique, au Pays-Bas puis en Chine.
Mais en 2009, les études et la recherche me manquaient, j’ai alors débuté une maitrise en intelligence artificielle à Edinbourg qui se poursuit aujourd’hui à Paris, par une thèse en neurosciences.

 

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous  présenter aux élections d’administrateur résident titulaire de la Cité internationale ?

La Cité internationale est un espace de vie particulièrement privilégié. C’est une chance de vivre ici car c’est esthétiquement très beau, mais aussi située dans Paris intramuros. Ses 40 maisons organisent en permanence des événements artistiques, culturels et ludiques rendent notre séjour inoubliable.
Mais plus que tout ce sont ses résidents qui font la richesse de la Cité internationale. Ils viennent du monde entier, leur diversité culturelle et religieuse font la vraie richesse et la singularité de ce lieu.
Je me suis porté candidat à l’ADCR afin de continuer à développer des structures qui permettent le développement de l’expression artistiques, scientifiques ou techniques des résidents mais aussi pour promouvoir leurs échanges.
Je vois dans mon engagement au sein de l’ADCR et de mon Comité de résidents, un moyen de rendre à la société ce que j’ai appris aux contacts des autres tout au long de mon parcours professionnel et universitaire.

 

Quels sont vos projets et vos objectifs à la Cité ?

Nous souhaitons que l’ADCR se focalise sur l’amélioration des moyens de communication entre les Comités de résidents et les résidents. Afin que ceux-ci puissent développer leurs projets, nous souhaitons également créer une coordination inter-maisons.

 

5 infos sur Marco

Dates et lieu de naissance
19 décembre 1972, Luanda, Angola.

Sa formation actuelle
Doctorat neurosciences computationnelles

Son année d’arrivée et sa résidence à la Cité internationale ?
Septembre 2010, Maison du Portugal – André DE GOUVEIA

Ses passions ?
Une bonne bière belge, un bon concert de musique et résoudre des problèmes.

Sa citation ou son dicton préféré ?
“Dwarfs standing on the shoulders of giants” 

Ghassane BENMIR,
Résident de la Maison des étudiants canadiens,
Administrateur résident titulaire

Cite-internationale-Ghassane_Benmir

La Cité internationale : Ghassane, parle-nous de ton parcours

Ghassane BENMIR : Je suis un jeune et dynamique étudiant Marocain brassé à la Maison du Canada depuis deux ans maintenant. J’ai effectué l’ensemble de mes études supérieures en France.
Je suis actuellement en dernière année de Master grande école en ingénierie des systèmes d’information et suis particulièrement heureux de faire partie de la Cité internationale universitaire de Paris. C’est une expérience extrêmement enrichissante sur le plan humain, car j’ai eu l’occasion de rencontrer des gens de nationalités très diverses et d’échanger sur des sujets parfois improbables.

 

Qu’est-ce qui t’a motivé à te présenter aux élections d’administrateur résident titulaire ?

Je considère la vie comme étant une aventure : à la fois une aventure humaine mais aussi une succession de coïncidences qui vont façonner l’existence et lui donner une couleur ainsi qu’une texture. J’aime les belles rencontres, j’aime m’engager, j’aime faire plaisir aux autres et c’est ce qui me pousse à me présenter aux élections d’administrateur résident titulaire. Mes précédentes expériences au sein de la Maison des étudiants canadiens et de la CIUP m’ont permis de réaliser qu’une participation et une mobilisation de tous les instants étaient les clefs d’une vie en collectivité réussie. Je veux fédérer les foules et participer avec mes acquis, mes convictions, mes principes, mes valeurs ainsi que ma richesse culturelle à améliorer la vie des résidents.

 

Quels sont tes projets et tes objectifs à la Cité ?

Mon principal projet s’articule autour de deux grands axes : l’échange culturel ainsi que la réalisation de projets sportifs d’envergure. Je pense profondément que ces deux grands axes doivent submerger nos vies au sein de la Cité Universitaire. A cet effet, mettre en place un système d’information permettant de relier ces deux éléments centraux.

5 infos sur Ghassane

Dates et lieu de naissance :
7 mai 1989 Mohammedia (Casablanca), Maroc.

Sa formation :
Master en ingénierie des systèmes d’information (ISI)

Son année d’arrivée et sa résidence à la Cité internationale :
Arrivé Octobre 2010 à la maison du Maroc. Brassé à la Maison des étudiants canadiens depuis septembre 2011.

Ses passions :
Passer du bon temps ;)

Sa citation ou son dicton préféré :
“Plus j’apprends et plus je me rends compte de mon ignorance.” [Traduit de la langue arabe.]

Mamadou DIALLO,
Résident de la Maison des Élèves Ingénieurs Arts et Métiers

Cite-internationale-Mamadou_Diallo

Mamadou, peux-tu nous raconter ton arrivée à la Cité internationale ?

C’était un rêve ! J’allais intégrer un lieu à l’image d’un campus américain. 
Je me suis vite aperçu qu’il y avait beaucoup de choses à faire à la Cité internationale. On y rencontre plein de gens. C’est d’une grande diversité, ce qui rend notre séjour très intéressant. J’ai découvert qu’il était proposé de nombreuses expositions, des concerts, du théâtre ainsi que l’accès à de nombreux équipements sportifs…
Mais je me suis aussi rendu compte que les maisons fonctionnaient de façon assez autonome. Et particulièrement ma maison, celle des Arts & Métiers, que sa situation géographique [ndlr : la Maison des Élèves Ingénieurs Arts et Métiers se trouve de l’autre côté du périphérique] isole un peu du reste de la Cité internationale.
Je me suis alors dit que je devais prendre des responsabilités, que j’avais un rôle à jouer afin d’ouvrir la résidence au reste de la Cité. Je me suis alors engagé dans le Comité des résidents et à l’ADCR de la Cité internationale.

 

Tu es donc Président du Comité des résidents et administrateur résident titulaire au conseil d’administration [ADCR] de la Cité internationale. Quels sont tes objectifs et tes moyens d’actions ?

Vous avez oublié une fonction. Je fais également partie de “lUnion des Élèves d’Arts et Métiers ParisTech”. A ce titre je suis responsable des affaires internes de la résidence. En lien très étroit avec le Directeur de la maison, je règle les problèmes du quotidien, j’assure le lien entre la direction et les résident de la résidence.
En tant que président de mon Comité, mon objectif est le rayonnement de ma résidence dans la Cité internationale. Je souhaite ouvrir la maison aux autres résidents de la Cité et leur faire découvrir notre lieu de vie et les activités que nous proposons.
J’ai eu la chance d’être élu à l’ADCR, grâce à cette fonction j’ai pu créer un réseau avec les membres des Comités d’autres maisons. Nous échangeons ainsi beaucoup mieux les informations. Par exemple nous allons bientôt organiser une série de concerts dans ma résidence. Je suis sûr qu’avec leur aide, ces concerts seront accessibles à toute la Cité internationale.
Enfin je vais m’occuper cette année de la Fête de la Cité [ndlr : les 1, 2 et 3 juin 2012]. Mon but est de mettre en place de nombreuses activités. Faire mieux que l’édition précédente. Nous sommes d’ailleurs à la recherche d’artistes qui souhaiteraient se produire sur une scène durant le week-end de la Fête… avis aux amateurs !

 

Penses-tu que ton séjour à la Cité internationale puisse te servir dans la suite de ton parcours ?

Vous savez, habiter à la Cité internationale est une expérience très enrichissante. Les résidents ont énormément de potentiel. Les résidents avec qui je lie des amitiés aujourd’hui font, pour la plupart, des cursus prestigieux et je pense qu’ils deviendront des décideurs dans un avenir proche… C’est toujours intéressant de garder contacts avec ces personnes-là… Mais nous pourrons le vérifier cela dans une dizaine d’années [rires].

5 infos sur Mamadou

Ta Maison préférée à la Cité ? 
Arts & Métiers. Pas très originale comme réponse mais en même temps c’est la seule résidence dans laquelle j’ai habité…

 La nationalité la plus atypique rencontrée à la Cité ?
J’ai un ami qui est Pakistano-Bengladi.

Ton mois préféré à la Cité ?
Incontestablement mars-avril. En ce moment le parc est tellement agréable !

Ta fête préférée ?
Le festival du Maroc l’année dernière, j’ai participé à son organisation. C’était vraiment super !

Ta Cité en un mot ?
Diversité.

Hannah MURPHY,
Résidente de la Fondation BIERMANS-LAPÔTRE

Cite-internationale-hannah_Murphy

Hannah, comment as-tu connu la Cité internationale universitaire de Paris ?

Vous savez, la Cité internationale universitaire de Paris c’est un peu une histoire de famille. Mon grand-père, Marcel COCUDE, a été résident au Collège néerlandais (ndlr : de 1955 à 1958). Il a été par la suite Président de l’Alliance Internationale (1971-1984). Il est encore aujourd’hui très actif à la Cité internationale. Il participe à de nombreux événements, notamment aux RIAC (Rencontres Internationale des Anciens de la Cité). Ma mère m’a aussi beaucoup parlé de ce lieu magique puisqu’elle a été salariée de la Fondation Nationale quand elle était jeune. Elle travaillait au service des admissions. Elle m’a toujours dit que ce fût une très bonne expérience.
J’ai donc toujours entendu parler de la Cité internationale. En revanche, l’idée d’y habiter m’est venue plus tard. Il y a deux ans, alors que j’habitais seule dans un appartement à Paris, j’ai rencontré des résidents de la Cité qui m’ont définitivement convaincu de venir vivre ici. J’ai postulé dans la foulée à la Fondation des Etats-Unis et j’ai été acceptée !

 

Tu as résidé dans deux Maisons en deux ans, parle nous de « ta » Cité internationale ?

C’est une découverte permanente ! On rencontre ici toutes sortes de cultures que je n’aurai jamais pu rencontrer ailleurs. J’arrive dans la cuisine de ma maison et je me retrouve avec une dizaine de nationalités différentes. C’est incroyable et unique ! Ce qui est vraiment intéressant c’est que nous avons tous des profils très variés. C’est un univers cosmopolite hyper enrichissant où des scientifiques rencontrent des littéraires et des artistes côtoient par exemple des ingénieurs. Atypique non ? Et puis la vie dans les Maisons est aussi vraiment géniale. Il y a chaque semaine des concerts, des expositions, de nombreux évènements… Sans parler des installations : Salles de spectacle, de musique, de fitness etc. On est quand même privilégié d’être résident à la Cité puisqu’on a les avantages de Paris sans en avoir les inconvénients : On vit entouré de deux grands parcs, dans de très bonnes conditions, pour des loyers abordables. On est à 10 minutes du Notre-Dame…  Je vous mets au défi de trouver mieux à Paris [rires].

 

Hannah, je crois savoir que tu es engagée dans la vie résidente à la Cité, peux-tu nous en parler ?

En effet, en arrivant à la Cité je souhaitais trouver un moyen de rencontrer un maximum de résidents et vivre la diversité qui caractérise la Cité. Du coup je me suis engagée dans le Comité de Résidents de la Fondation des Etats-Unis l’année dernière et dans celui de BIERMANS-LAPÔTRE cette année. Vous savez ça peut être facile de rentrer chaque soir à la Cité et regagner sa chambre pour y travailler sans rencontrer personne. Ca me paraissait dommage de vivre à la Cité et de ne pas profiter pleinement de cette opportunité de rencontrer des gens venus des quatre coins du monde. Pour moi ne pas s’engager c’est louper une partie de l’expérience. L’année dernière je me suis par exemple beaucoup investie dans l’organisation de la Fête de la Cité. Ce fût une superbe expérience. Cette année malheureusement mes études ne me permettront pas de m’impliquer comme l’année dernière. Mais je serais quand même là en renfort pour apporter mon expérience. Et puis n’oublions pas que je suis encore membre de l’ADCR cette année.

 

Redoutes-tu de quitter la Cité internationale ?

Bien sûr comme tout le monde, mais je pense que la Cité internationale on ne la quitte jamais vraiment quand on l’a aimé. On l’a dans le cœur toute notre vie. Évidemment, je vais être triste le jour où je la quitterai mais c’est comme ça. On garde forcement contact avec nos amis de la Cité. Et puis je vous fais une confidence, de toute façon le jour où je partirai je m’inscrirai à l’Alliance Internationale !

 5 infos sur Hannah

Ta maison préférée à la Cité ?
C’est un choix très difficile [rires] je ne veux pas faire de jaloux entre la Fondation des Etats-Unis et BIERMANS-LAPÔTRE, donc je dirais la Maison Internationale.

La nationalité le plus originale que tu as rencontré à la Cité ?
J’ai un ami qui est Russo-Algérien… Je ne pensais pas que ça existait [rires].

Ta saison préférée à la Cité ?
Le printemps. Le parc est tellement magnifique et les pelouses sont pleines de résidents qui s’y retrouvent le soir pour l’apéro.

Ta fête la plus mémorable ?
La fête de la Cité l’année dernière, c’était vraiment géniale !

Ta Cité internationale en un mot ?
COSMOPOLITE !

 

L’Assemblée des Délégués des comités de résidents (ADCR)
Chaque comité compte deux délégués qui représentent les résidents à l’échelle de la Cité internationale (1 titulaire et 1 suppléant). Ils échangent avec l’administration sur les sujets concernant la collectivité.

 

Les administrateurs résidents
Les membres de l’ADCR élisent en leur sein quatre administrateurs résidents (deux titulaires et deux suppléants). Ceux-ci siègent de plein droit au Conseil d’administration de la Cité internationale.