Concevoir un éco-campus exemplaire

La démarche environnementale est au cœur du projet de développement de la Cité internationale. Depuis la Charte Cité durable signée en 2009 par toutes les maisons et tous les services de la Cité, de nombreuses actions ont été engagées pour lutter contre le réchauffement climatique, améliorer le traitement des déchets et respecter la biodiversité. 

03/07/2015


par Alexandra BITMIGNON


La Cité a souhaité les inscrire dans une stratégie globale accompagnant les travaux d’extension : une étude écocampus finalisée en 2014 a été menée avec le soutien de la Caisse des Dépôts et de la Région Île-de-France afin de définir une stratégie adaptée au contexte spécifique de la Cité.

Un parc qui favorise la biodiversité

La Cité internationale dispose de l’un des plus grands parcs de Paris. Cet exceptionnel patrimoine paysager constitue un espace de détente, de loisirs et d’activités sportives en plein air prisé des résidents et des parisiens. Son mode de gestion écologique basé sur une gestion différenciée des espaces et l’abandon des produits phytosanitaires est l’un des points forts de la démarche de développement durable de la Cité internationale. Selon leur lieu et leur usage, certaines pelouses sont moins tondues que d’autres, générant ainsi des milieux favorables à l’épanouissement de la biodiversité. Grâce au soutien de la Fondation Veolia, le parc abrite un rucher dont la gestion est confiée à des salariés volontaires, encadrés par des apiculteurs. En 2014, les cinq ruches ont produit 135 kg de miel. Le parc réserve une prairie fleurie d’environ 300 m2 qui apporte un complément nutritif essentiel aux abeilles.

Une réflexion engagée sur le long terme

La Cité internationale a souhaité intégrer les efforts mis en œuvre en matière de développement durable dans une réflexion stratégique. L’étude éco-campus, remise en 2014, a permis d’élaborer des recommandations s’appliquant au projet de développement. Un état des lieux environnemental du site effectué au cours des 4 saisons a été réalisé. Le diagnostic écologique et l’expertise arboricole ont été intégrés à la stratégie de développement durable. Il apparaît que le site présente une grande biodiversité dans une continuité écologique entre Paris et la banlieue qu’il convient de préserver et de renforcer dans le cadre du projet d’aménagement. Un cahier des prescriptions éco-campus, qui traduit l’ambition de la Cité, a été arrêté et s’appliquera aux aménagements extérieurs et aux constructions à venir. 

jardin_N48A4061

La création d’un jardin partagé
Depuis que la Cité internationale s’est engagée dans une démarche de développement durable, les résidents participent aux réflexions et aux actions mises en place. En 2014, les résidents de plusieurs maisons se sont engagés dans la création d’un jardin partagé dans le parc.

 

Une efficacité énergétique affirmée

Depuis 2010, la Cité a progressé sur la maîtrise de ses impacts environnementaux dans la droite ligne de la Charte Cité durable. Les travaux de réhabilitation menés depuis une dizaine d’années sur le patrimoine existant prennent ces impératifs en compte et les efforts d’isolation et de réduction de l’empreinte carbone sont majeurs. Les équipements hydro-économes et une meilleure sensibilisation des résidents ont permis de réaliser plus de 25 % de réductions énergétiques entre 2010 et 2014. Les nouveaux bâtiments devront répondre à des normes environnementales strictes et, à ce titre, la future Maison de l’Île-de-France fera figure d’exemple.

La Maison de l’Île-de-France : un bâtiment pionnier

Conçue selon les techniques les plus innovantes en matière de développement durable, la Maison de l’Île-de-France bénéficiera d’une centrale solaire qui assurera 75 % de ses besoins thermiques. Elle disposera d’une technique de stockage de l’énergie inédite en France. Des capteurs thermiques seront parcourus par un liquide qui conserve la chaleur. Ce liquide caloporteur sera ensuite stocké dans deux cuves de 220 m3 . Ce projet a été primé par l’ADEME dans le cadre de l’appel à projet BEPOS (bâtiments à énergie positive).

Une gestion des déchets optimisée

Avec 6 000 logements et des services qui accueillent du public, la Cité internationale fonctionne comme une petite ville. La question de la gestion des déchets est donc essentielle et un important travail est mené dans ce sens. En 2014, de nouvelles filières de recyclage ont été mises en place pour le mobilier, le textile et les matelas. 16 tonnes de textile ont, par exemple, été collectées au cours de l’année. Les filières déjà existantes comme les ampoules, les cartouches, les papiers, les piles ou encore les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) ont été pérennisées. Un outil de suivi quantitatif des tonnages collectés a également été mis en place. Parallèlement, la gestion des déchets a été intégrée au projet de développement.