Amina : personne ne connaît personne, donc tout le monde est ouvert

Amina est algérienne. Diplômée de l’École nationale des ponts et chaussées (master de gestion des eaux), elle poursuit ses études en relations internationales. Résidente à la Fondation des États-Unis depuis deux ans, elle a d’abord habité Paris sans connaître la Cité internationale, « comme la plupart des gens ».

26/02/2015


par Lucille Testard de Marans


© Antoine Meyssonnier
© Antoine Meyssonnier

« Quand on arrive, personne ne connaît personne, donc tout le monde est ouvert »

Quand elle est arrivée à la Cité, elle a tout de suite adoré. Le parc, d’abord, un immense espace vert dans Paris. Et puis l’ambiance, la vie du lieu, qui permet des « échanges entre des personnes qui ne se seraient jamais rencontrées autrement ».

« À mon étage, il y a des Italiens, des Grecs, des Portoricains… »

A la Fondation des États-Unis, Amina partage son quotidien avec des étudiants d’origines très différentes. Pour elle, ce brassage, « ça paraît juste normal. On ne se dit pas que c’est des habitants de tel pays, c’est juste des gens sympathiques. J’aurais pu ne pas m’entendre avec des gens de mon pays ». Et, de toute façon, il n’y a pas de Maison de l’Algérie à la Cité internationale.

« Un endroit unique, un peu irréel, où on peut découvrir en peu de temps ce que pensent les gens dans le monde sans passer par les médias »

Très investie dans la vie de sa maison via le comité des résidents, Amina aime aussi aller à la découverte des autres maisons et de leurs résidents. Pour un cours de salsa à la Maison des Arts et Métiers, un petit déjeuner à la Maison des Provinces de France, un concert à la Maison de l’Argentine… ou simplement comme ça, pour aller voir des amis venus du bout du monde de l’autre côté du parc.

C’est cela qu’elle raconte et qu’elle nous fait entendre, au détour d’une promenade à travers la Cité. À travers son jardin, comme elle dit. Et puis dans sa maison, son « deuxième chez-moi, une petite famille ».

Cliquez ici pour vous laisser emmener dans le monde d’Amina…

 

« Si j’étais un endroit de la Cité, je serais… une cuisine »

Une couleur, une odeur, une saison à la Cité… Découvrez-en un peu sur la personnalité d’Amina et son regard sur la Cité à travers le portrait chinois.