Résidence Julie Victoire Daubie


Histoire de la Maison

©Bruther

Une Maison Cité 2025

L’édification de la Résidence Julie-Victoire Daubié s’inscrit dans le projet de développement de la Cité internationale, Cité 2025, qui lui permettra d’ici 2025, soit un siècle après sa création, de disposer de 10 nouvelles maisons et de proposer 1800 logements supplémentaires, s’ajoutant aux 6000 logements déjà existants.

En janvier 2014, l’agence BRUTHER remporte le concours pour la construction de cette nouvelle maison. La ville de Paris lance ainsi sa troisième nouvelle opération à la Cité internationale, en partenariat avec la Région Île-de-France, après la construction d’une maison rue Paul Vaillant Couturier et la requalification de la Fondation Victor Lyon.

 

Une architecture durable comme exigence

La compacité ainsi que les performances thermiques et énergétiques ont guidé le projet de l’agence Bruther. Le bâtiment répond aux exigences prescrites dans le cadre de Paris Plan Climat. La consommation annuelle prévisionnelle d’énergie sera inférieure de 10% à la consommation conventionnelle de référence Créf. Elle a donc parfaitement répondu aux exigences environnementales prescrites par la maîtrise d’ouvrage. 

La maison sera implantée à une dizaine de mètres du boulevard périphérique, permettant l’aménagement d’un dispositif de protection acoustique et visuelle végétalisé qui renforcera la trame verte que constitue le parc.  

Place à la lumière

Cette insertion du bâtiment dans le site est travaillée également sur le plan vertical, les espaces collectifs étant partiellement enterrés grâce à un remodelage du terrain. Vitrés en façade nord, ces espaces ouverts sur le rez-de-jardin forment le socle du bâtiment d’hébergement. 

Conçu sur un plan en H, le bâtiment réserve l’espace central aux circulations et salons d’étages, entièrement vitrés, qui font office de galerie de rencontre verticale entre les deux volumes d’habitation.
Les façades Est et Ouest sont entièrement vitrées et équipées de stores bannes, offrant des vues directes sur le parc alors que les pignons nord et sud sont opaques, recouverts d’un bardage métallique nervuré en acier inoxydable.

Si c’est la notion de cube évidé qui a été retenue pour caractériser la géométrie de l’édifice, la transparence et la trame des façades en verre est également l’un des éléments identifiables du projet.

La Résidence a accueilli ses premiers résidents à la rentrée 2018.