L’essentiel du projet de développement

De la cité-jardin à l’éco-campus : 1 800 nouveaux logements étudiants et chercheurs seront construits d’ici 2020.


28/01/2016


CIU-FOR-Pers Rugby-©Loukat lt 02-web

Des accords historiques et un projet du Plan Campus

En avril 2013, la Ville de Paris et la Chancellerie des Universités de Paris valident le nouveau Plan d’Aménagement de la Cité internationale à partir des grandes orientations définies dans un plan guide ou schéma directeur (agence EXP). Le maillage foncier complexe de la Cité internationale, dont les terrains appartiennent à la fois à la Ville, à la Chancellerie des Universités et à l’Etat, empêchait depuis plus de 40 ans d’y construire de nouvelles résidences. C’est pourquoi l’échange foncier entériné en janvier 2015 est historique : la Ville de Paris a cédé en pleine propriété à l’Etat des terrains d’une superficie totale de 16 000 m² qui autorisent désormais la Cité internationale à construire près de 1 800 logements étudiants et chercheurs.

 

Un nouveau plan d’aménagement

En 2014, la Cité internationale a désigné une équipe pluridisciplinaire, l’agence Fortier architecte/urbaniste), l’agence TN+ de Bruno Tanant (paysagiste), mais aussi un bureau d’étude voirie, réseaux et gestion des eaux pluviales, un acousticien, un éclairagiste et un écologue pour conduire la maîtrise d’œuvre paysagère, urbaine et architecturale de l’opération d’aménagement du site ainsi que de la coordination architecturale des nouvelles maisons. Cette opération d’aménagement a en effet pour objet de libérer et viabiliser les terrains qui accueilleront les nouvelles maisons. Elle permettra également de moderniser les équipements sportifs, d’améliorer les liaisons entres les parties est et ouest de la Cité internationale, de réduire les nuisances du boulevard périphérique et d’affirmer les grands éléments de paysage, en requalifiant le parc et en l’ouvrant sur son environnement.

Tout en préservant sa qualité de parc habité hérité du mouvement des cités jardins, la Cité internationale engage sa transition écologique. Se voulant exemplaire à l’échelle urbaine, architecturale et paysagère ainsi que sur le plan de la vie étudiante, elle se fixe des objectifs ambitieux en termes de développement durable. C’est ainsi qu’elle dessine progressivement les contours de son avenir, celui d’un éco-campus ouvert sur le Grand Paris. Les travaux d’aménagement, ainsi que les études nécessaires à l’opération, sont financés dans le cadre de l’Opération Plan Campus portée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Le permis d’aménager, déposé en novembre 2015, a fait l’objet d’une enquête publique au cours de l’été 2016. En 8 décembre, le Permis d’aménager a été obtenu et les travaux vont se multiplier dans le parc pour construire les voies qui desserviront les nouvelles maisons.

 

1 800 nouveaux logements, 10 nouvelles maisons

Le cœur du projet : proposer de nouveaux logements étudiants à Paris.

 

Interrompu à deux reprises, en raison de la seconde guerre mondiale et de la construction du boulevard périphérique, le développement de la Cité internationale est aujourd’hui relancé. La saison 1 correspond à la phase d’aménagement du parc qui accueille les 20 premières maisons dans l’entre-deux-guerres, au nord du parc ; la saison 2 est celle des années 50 et 60 avec 17 nouvelles maisons édifiées sur le site, dont certaines commencent à s’implanter au sud du parc ; la saison 3 s’amorce avec la construction d’un nouveau bâtiment par l’Etat indien en 2013.

C’est sur la frange sud du site, restée inachevée, que les futures maisons prendront place afin de préserver la qualité environnementale du parc.

 

Les terrains constructibles à l’extrémité sud-est du parc représentent 7 424 m2. L’ojectif est de construire à cet emplacement 2 ou 3 maisons. Le démarrage des travaux est prévu au printemps 2016 avec la construction de la Maison de la Corée, nouveau pays à rejoindre les 25 autres nations représentées sur le site.

 

Sur le parc ouest, le long du boulevard périphérique, les espaces libérés pour de futures maisons s’étendent sur 7 545 m2. D’ores et déjà, la Tunisie a réservé son emplacement pour l’implantation d’un nouveau bâtiment de 200 chambres. La Chine est également intéressée pour édifier sa propre maison dans ce secteur.

 

Par ailleurs, la Ville de Paris construit une nouvelle résidence située à l’angle du boulevard périphérique et de l’avenue André Rivoire (Parcelle B). Elle réhabilite également la Fondation Victor Lyon.

 

La Région Île-de-France, quant à elle, sera la première à livrer sa résidence de 142 chambres,au printemps 2017. Ce projet répond à un objectif environnemental «ZEN» (Zéro énergie nette).

 

La Cité internationale augmentera ainsi sa capacité d’accueil de 30 %, portant à environ 7 800 le nombre de ses logements.