La Cité accueille les boursiers de la Région Île-de-France

marina-filtre

Marina Mishchenko est une etudiante russe en psychologie. Lauréate d’un programme de bourse délivré par la région Île-de-France, elle bénéficie d’un logement et d’un accompagnement de la Cité internationale qui gère l’ensemble de ces bourses pour la Région.

Pourquoi avoir choisi de poursuivre vos études en France ?

J’ai suivi des études de psychologie en Russie. Après avoir exercé comme psychologue scolaire à Moscou, j’ai éprouvé le désir de me spécialiser et de poursuivre avec un cursus à l’étranger. Le Master 2 de psychologie de l’enfance proposé par l’Université Paris V correspondait à mes attentes. cette formation accorde une grande part à la pratique ce qui m’intéresse beaucoup.


Vous faites partie des lauréats des bourses de la Région Île-de-France que représente cette aide pour vous ?

Je suis très heureuse d’avoir obtenu cette bourse car elle m’a permis de concrétiser ce séjour universitaire. Grâce à cette aide, je n’ai pas besoin de travailler le week-end et je peux me consacrer uniquement à mes études. C’est une vraie chance !


Quel est votre quotidien à la Cité internationale ?

Je vis à la Fondation DEUTSCH DE LA MEURTHE, la première résidence construite à la Cité. J’aime beaucoup vivre ici car c’est un lieu de rassemblement entre les cultures. L’apprentissage se fait à différents niveaux : académique bien sûr mais aussi humainement à travers la découverte des autres. C’est aussi une nouvelle expérience pour moi de vivre de façon autonome. J’apprécie également les soirées et les fêtes organisées par le Comité des résidents. A mon arrivée, j’ai reçu un très bon accueil. Le personnel de la Maison était très présent pour me renseigner et m’accompagner dans mes premiers pas à paris. C’était vraiment rassurant ! En découvrant la Cité internationale, j’ai été étonnée de voir qu’il n’existait pas de Maison de la Russie car de nombreux résidents russes vivent ici. De nombreux échanges universitaires sont organisés entre nos pays et une Maison de la Russie pourrait permettre à davantage d’étudiants russes d’étudier à Paris.