Cindy VAN DEN BERG, étudiante néerlandaise, boursière de la Cité

boursiere
La Cité internationale décerne pour la 2e année des bourses financées entièrement en mécénat. équivalentes à 10 mois de loyer, elles sont attribuées à 30 étudiants choisis sur des critères d’excellence académique et de besoins financiers. rencontre avec Cindy Van den Berg, etudiante néerlandaise, boursière de cette nouvelle promotion.

Pourquoi avoir choisi de poursuivre vos études en France ? J’ai toujours aimé la langue française. Après un cursus en apprentissage au Pays-Bas, j’ai eu l’envie d’approfondir ma connaissance du français et de poursuivre mes études dans ce pays. Je suis arrivée l’année dernière pour suivre un Master « Economie et management » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Je me suis adaptée à la vie quotidienne et aux nouvelles méthodes d’enseignement. Cela m’a demandé beaucoup de travail mais j’ai obtenu mon diplôme avec mention. Je suis à présent en Master 2 Recherche « Gestion des ressources humaines et relations sociales ».

Quel est votre quotidien à la Cité internationale ? Le Collège néerlandais est fermé pour travaux et je vis à la Résidence André de GOUVEIA, la Maison du Portugal. A la Cité, nous tous sommes tous dans la même situation et cela créé des liens entre nous. Je me suis investie dans le comité de résidents et nous avons lancé les soirées Open Mic qui mettent en lumière les nombreux talents de la Cité. Au cours de ces rendez-vous, organisés dans différentes maisons, les artistes résidents (poète, musicien…) se produisent sur scène et partagent leur art avec d’autres résidents. Vous faites partie des 30 lauréats des bourses de la Cité, que représente cette aide pour vous ? Nous recevons une bourse égale au montant du loyer de notre logement pendant 10 mois. J’ai beaucoup de chance car cette aide va me permettre de me consacrer entièrement à mes études. J’aimerais faire une thèse et pour cela je doit être parmi les meilleures ! L’année dernière j’ai aussi pu profiter d’une bourse d’excellence délivré par l’Institut français au Pays-Bas. Comment envisagez-vous l’avenir ? Dans l’idéal, j’aimerais poursuivre ma vie en France et devenir enseignant chercheur dans le domaine des ressources humaines.