CitéScope

Doppelgänger : la Grande Guerre dans un Miroir

Du au
Fondation des États-Unis

Jennifer MAY REILAND, une jeune artiste américaine et ancienne résidente de la Fondation des États-Unis, présentera une exposition artistique individuelle dans le cadre du colloque « Les Voix de la Paix », les 5, 6 et 7 février prochain, l’événement commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale organisé par l’École Normale Supérieure et la Cité international universitaire de Paris.

Cette série de nouveaux dessins et écrits explore le rapport entre la société de 1914 et celle de 2014.

Jennifer MAY REILAND a commencé à élaborer Doppelgänger en 2011. Après des recherches sur la période ayant immédiatement précédé la Première Guerre et sur la guerre elle-même, elle a créé une série d’œuvres d’art narratives multimédias qui contextualisent le monde contemporain à travers l’exploration de la Grande Guerre. Le projet constitue une confrontation artistique entre 1914 et 2014 : deux années « doppelgänger ».

La jeune génération actuelle de même que la génération qui s’est battue pendant la Première Guerre mondiale a atteint l’âge adulte dans un monde en proie à la violence, un monde dans lequel la rapidité des avancées technologiques les a isolées des générations précédentes.

Doppelgänger explore les résultats de cette violence et de la technologie à travers l’histoire d’un jeune couple. Les personnages de Doppelgänger sont dissociés de leurs corps et du monde physique qui les entoure. En 2014, tout se passe sur un écran d’ordinateur, que ce soit le travail, l’amour ou la sexualité. Les humains sont confrontés à leurs doubles dans des images bidimensionnelles d’eux-mêmes et des représentations digitales complexes de leurs identités.

De la même manière, la jeunesse de 1914 était la première génération à pouvoir accéder à une technologie photographique abordable sous des formes multiples, ce qui lui a permis de se dupliquer et de dupliquer le monde qui l’entourait. En 1914, les artistes de l’Avant-garde rêvaient de recréer la conscience humaine grâce à une nouvelle conception de la peinture. De nos jours, des visionnaires redessinent la conscience par le biais d’expériences virtuelles.

L’imagerie de Doppelgänger explore l’expérience de ces nouvelles technologies ainsi que l’écrasement provoqué par la guerre moderne : les corps déchiquetés par des machines, la folie de la guerre des tranchées, l’esprit déchiré par une parade déroutante d’images qui se détournent inexorablement du monde intérieur.

Biographie
Jennifer MAY REILAND est diplômée de la Cooper Union de New York. En 2012, elle a reçu la bourse Harriet Hale Woolley qui lui a permis de passer neuf mois à Paris et de travailler au projet Doppelgänger. Elle a également reçu le Scholastic Art Award et a exposé ses oeuvres à Paris, à New York et en Espagne. The Franco-American Foundation for the Arts and Sciences ont accordé une subvention de faire cette exposition possible.

Cet événement a été labellisé Cité pour la paix.