CitéScope

Colloque international  : Qu’en est-il des traumatismes au XXIe siècle ? La littérature et l’art italiens face à l’extrême

Le
Maison de l'Italie

Suite au premier colloque sur la représentation des traumatismes du XXe siècle dans la littérature et les arts italiens, organisé en juin 2018, ce deuxième colloque international entend explorer la question de l’absence de traumatismes telle que la critique l’applique à la production culturelle de l’Italie du XXIe siècle.
La non-expérience et les non-traumatismes d’aujourd’hui seraient notamment suppléés par une ‘écriture de l’extrême’ dans laquelle la mémoire des blessures historiques et les lacérations actuelles trouveraient un exutoire formel et éthique.

Ce colloque entend étudier les genres et les formes (écrites, orales, visuelles) par lesquels la littérature et les arts italiens du début du XXIe siècle compensent l’absence de traumatismes contemporains, se faisant le lieu de l’évocation d’une (post)-mémoire enfouie dans les plis du silence transgénérationnel, de la survie et des traces d’une mémoire indirecte portée par les descendants des rescapés des événements traumatiques du XXe siècle. La fictionnalisation narrative et artistique de traumatismes passés serait, elle, une autre forme de compensation laissée par les témoins directs en voie de disparition. Les témoignages sur les bouleversements actuels dans d’autres contrées du monde convoquent, eux, la notion de souffrance indirecte, dont il sera intéressant de voir les effets sur les formes et les représentations littéraires et artistiques contemporaines.
A partir du focus de l’absence de traumatismes, de la non-expérience, de la post-mémoire et de la mémoire transgénérationnelle, il s’agit d’interroger autrement la littérature et les arts italiens des XXe et XXIe siècles à la recherche des traces dans l’écriture et des enjeux po-éthiques que cette hypothèse de lecture pourrait dessiner.

Comité scientifique  
Maria Pia De Paulis — Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Ada Tosatti — Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Daniele Giglioli — Université de Bergame
Hanna Serkowska — Université de Varsovie

Avec le soutien de 
Commission de la recherche, EA 3979 LECEMO — Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Maison d’Italie — Cité universitaire, Paris