Signature du protocole d’échange foncier : un accord historique

La signature de ce protocole vient concrétiser les accords de 2011 et ouvre une nouvelle page de l’histoire de la Cité : pour la première fois depuis plus de 40 ans, de nouvelles maisons vont y être construites.


15/07/2012


Début juillet 2012, l’Etat, la Ville de Paris, la Chancellerie des universités de Paris et la Cité internationale universitaire de Paris ont signé un protocole d’échange foncier, par lequel ils actent officiellement des échanges de terrain. Ces échanges simplifieront le maillage foncier de la Cité internationale et lui permettront d’engager une nouvelle phase de développement.

1 800 logements supplémentaires en 2020

En effet, par ce protocole, la Ville de Paris cède en pleine propriété à l’Etat des terrains d’une superficie totale de 16 000 m² qui permettront à la Cité internationale d’édifier de nouvelles maisons permettant d’offrir 1 800 logements supplémentaires à l’horizon 2020 (soit une augmentation de 30% de ses capacités d’accueil). Cet accord envisage aussi la construction par la Ville de Paris de 2 nouvelles résidences, ainsi que la rénovation de la Fondation Victor LYON en vue d’y accueillir des chercheurs. L’accord permet enfin la réalisation de la Maison de la Région Île-de-France.

Ce protocole revêt une importance historique car, compte tenu de la complexité de son maillage foncier, la Cité internationale n’avait pu construire aucune nouvelle maison depuis 1969.

La signature de ce protocole intervient un peu plus d’un an après la signature d’une première convention, en avril 2011. Entre temps, une étude foncière a été menée par un géomètre afin de fixer précisément les limites des parcelles identifiées dans le protocole-cadre de 2011, permettant ainsi la mise en oeuvre de ce protocole par la signature d’actes fonciers.