Brenda : le brassage, c’est faire une grosse salade de nationalités

Brenda est mexicaine et étudie le commerce international en deuxième année de Master à Paris. Fidèle à ses origines, elle se spécialise sur les marchés latino-américains et ibériques. Résidente de la Cité internationale universitaire depuis deux ans, elle habite cette année à la Maison du Brésil.

02/03/2015


par Lola Aubert


© Antoine Meyssonnier
© Antoine Meyssonnier


« Le brassage, c’est faire une grosse salade de nationalités »

Bien qu’il existe une Maison du Mexique à la Cité internationale (actuellement en travaux de rénovation), Brenda est une résidente en « brassage ». Chaque maison de pays accueille un certain nombre d’étudiants qui ne sont pas de la nationalité de la maison. Pour Brenda, « le brassage, c’est une grosse salade de nationalités », qui consiste à « échanger des résidents entre les différentes maisons pour rendre leur quotidien plus riche ». Selon elle, « c’est une bonne manière d’obliger les résidents à s’ouvrir aux autres » ainsi qu’aux diverses langues et cultures qui se rencontrent à la Cité. D’ailleurs, l’année dernière, Brenda habitait à la Fondation hellénique.



« Ici, j’ai appris ce qu’était le concept de tolérance »

Brenda conserve de son séjour à la Cité un enseignement riche : elle confie que c’est ici qu’elle est devenue adulte et a gagné en autonomie. Mais la Cité est aussi le lieu où elle a appris et accepté la différence de l’autre, tout comme la notion de « vivre-ensemble ». Pour elle, la Cité lui a fait « prendre un peu de recul » et se dire : « je ne peux pas attendre des gens qu’ils voient les choses comme je les vois ou fassent les choses comme je les fais ».

« Je suis presque sûre qu’il n’y a pas d’autre lieu au monde comme la Cité. J’ai eu l’opportunité de voyager pas mal et d’habiter dans plusieurs villes, et la Cité c’est… la Cité ».

Brenda nous conte la Cité internationale de l’intérieur à l’occasion d’une promenade audio dans l’immense parc. Guidé par le son de la voix des personnes qui l’habitent et la vivent au quotidien, découvrez la Cité internationale comme vous ne l’avez jamais vu.



Le vêtement favori de Brenda ? Un foulard. Car dans son pays, « on n’en porte pas vraiment »

Un peu plus de la personnalité de Brenda au travers son portrait chinois.