Sciences Po et la Cité internationale universitaire de Paris s’engagent ensemble pour la diversité

Le 17 octobre dernier, Sciences Po et la Cité internationale universitaire de Paris ont signé une convention de partenariat de 10 ans qui permettra de continuer à loger à la Cité internationale les étudiants de Sciences Po issus des Conventions Éducation Prioritaire (CEP) ainsi que des étudiants internationaux lauréats de bourses d’excellence (Bourse Émile Boutmy et programme Afrique). A l’occasion de la cérémonie de signature, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, a livré sa vision sur l’importance de ce partenariat.   


par Oana Besnea


De gauche à droite : Jean-Marc SAUVÉ, Président de la Fondation Cité internationale universitaire de Paris ; Frédéric MION, Directeur de Sciences Po

Sciences Po vient de signer un partenariat de 10 ans avec la Cité internationale pour y loger des étudiants bénéficiaires de programmes d’ouverture sociale et internationale. En quoi ce partenariat est-il important pour Sciences Po ?

Nous sommes infiniment reconnaissants à la Cité internationale universitaire d’avoir, dès 2001-2002, consenti à envisager les termes d’une première collaboration avec Sciences Po, tout d’abord destinée aux populations socialement moins favorisées : les élèves issus des Conventions Education Prioritaire. Progressivement, le partenariat s’est ensuite étendu pour permettre à la Cité d’accueillir quelques-uns de nos étudiants internationaux, ceux qui se sont distingués par l’octroi de bourses Boutmy.

 

J’observe, avec beaucoup de reconnaissance et de satisfaction, que dans les deux cas, la Cité internationale a su se montrer inventive, créative, souple avec nous, puisque, s’agissant notamment des élèves issus des CEP, elle a fait le choix de nous autoriser à orienter vers elle des élèves de premier cycle, sachant que son offre de logement s’adresse traditionnellement aux étudiants de niveau Master. 

 

La Cité internationale est un campus unique au monde, créé à la fin de la Première Guerre, mondiale pour favoriser les échanges entre la jeunesse et le dialogue des cultures. Quelles sont les valeurs et les missions qui rapprochent les deux institutions ?

La Cité internationale et Sciences Po ont en partage des missions et des ambitions communes. Ce qui me frappe en observant la vie et l’histoire de nos institutions, c’est de constater que les points communs sont légion.

 

Le premier d’entre eux est le fait que nos deux institutions sont, d’une certaine façon, des enfants de la guerre. La Cité internationale a émergé dans un paysage parisien qui commençait tout juste à se relever de la Première Guerre mondiale, avec les idéaux de paix, de concorde et de dialogue entre les peuples, qui sont encore si éloquemment défendus en ces lieux. Sciences Po a été créée à la suite d’un autre conflit, d’une envergure moindre, mais tout aussi traumatisant pour notre pays : la guerre franco-prussienne, perdue par la France en 1870.

 

Le deuxième est que nos institutions sont le fruit d’initiatives privées et continuent, pour une très large part aujourd’hui, à vivre grâce aux ressources privées, notamment issues du mécénat.

 

Le troisième élément essentiel est que les valeurs de solidarité, de concorde et de dialogue entre les peuples sont particulièrement chère à nos deux institutions.

 

L’accord que vous venez de signer permet d’accueillir les meilleurs étudiants internationaux, quelles que soient leurs origines sociales et géographiques (Bourse Emile Boutmy et programme Afrique). Comment ce partenariat contribue-t-il à l’émergence des talents de demain ?

Sciences Po, tout comme la Cité internationale, souhaite œuvrer et contribuer au renforcement de l’attractivité de la ville de Paris afin qu’un nombre toujours plus important d’étudiants choisissent d’y venir et d’y effectuer tout ou une partie de leurs parcours d’études.

 

Sciences Po a fait le choix d’investir de manière significative pour développer son campus parisien et permettre aux nombreux étudiants qui y sont accueillis d’y travailler dans des conditions favorables et d’y vivre leur vie d’étudiant, la plus agréable possible.

 

C’est grâce à l’existence d’institutions comme la Cité internationale que ces étudiants peuvent bénéficier de ce qui fait le plus cruellement défaut à Paris : des solutions de logement qui soient à la mesure de leurs moyens et des ressources de leurs familles.