Portrait de Kamil, un résident entrepreneur du développement durable

Un diplôme d’ingénieur en poche, Kamil KADERBAY quitte Lyon pour rejoindre Paris et intégrer le Mastère Spécialisé ® Centrale-ESSEC Entrepreneurs. Grâce à un partenariat avec le Conseil Général de la Réunion, d’où il est originaire, Kamil arrive à la Cité en 2015. Il crée alors uRehab, une application mobile gratuite de lutte contre le gaspillage en favorisant le réemploi et le don d’objets entre particuliers. 

22/06/2016


par Lola Aubert


L’application est en cours de développement et sera bientôt disponible. Vous souhaitez être informé de l’avancée du projet ? Contactez Kamil par email : kamil@urehab.io ou rendez-vous sur : www.urehab.io !

uRehab-logo-transparent

« uRehab, donne, récupère près de chez toi »


Comment est née ton idée d’application mobile ?

 

Le déclic s’est produit lors de mon précédent déménagement. J’ai été confronté au fait de devoir jeter une petite lampe de bureau en parfait état de fonctionnement ! Je n’avais personne pour la récupérer et je devais absolument quitter mon logement. Malheureusement, je me suis rapidement aperçu que je n’étais pas le seul dans ce cas. Comme moi, beaucoup d’étudiants, mais pas seulement, abandonnent leurs objets faute de pouvoir leur trouver une seconde vie.

C’est d’autant plus vrai à la Cité internationale universitaire de Paris : les étudiants étrangers ne peuvent se permettre d’emporter beaucoup d’affaires avec eux alors même qu’ils en ont besoin dans leur vie quotidienne.

Tu as donc décidé de créer uRehab, une application mobile…


Il n’existe pas actuellement de solution vraiment simple, rapide et mobile pour donner ses objets inutilisés. J’ai créé uRehab, une application mobile qui permet de donner ou de récupérer des objets près de chez soi. C’est rapide et simple pour le donneur : en un clic et avec une simple photo, je mets en ligne l’objet que je veux donner. C’est aussi pratique pour le receveur à la recherche d’un bien à récupérer grâce à la géolocalisation. Et puis c’est aussi l’occasion de croiser de nouvelles personnes le temps d’un don !

En résumé, on gagne du temps, de l’argent, on donne une deuxième vie aux objets et on crée du lien ! La technologie est vraiment pensée pour être au service des résidents, et nous préparons même une fonctionnalité surprise ! 

Qu’est-ce qui t’a permis de te lancer ?


Il est toujours difficile de faire le premier pas… Pour ma part, c’est véritablement la Cité internationale qui m’a permis de valider mon modèle en le confrontant pour la toute première fois. Le Fonds pour les Initiatives Étudiantes (FIE), qui donne un coup de pouce financier aux projets des résidents de la Cité, m’a soutenu et m’a aussi donné accès à des contacts privilégiés.

Puis, tout est allé très vite ! J’ai renforcé mon projet en rencontrant de nouvelles personnes à la Cité :

  • Sara BENHALLAM, résidente de la Maison du Maroc, qui souhaitait mettre en place une solution similaire et avec qui nous avons développé de nouvelles idées qui correspondent aux attentes des résidents. Elle s’occupe notamment de communiquer autour du projet au sein des différentes maisons de la Cité.
  • Anicet MARAHOUA, un résident de la Fondation Deutsch de la Meurthe dont le projet Réemploi Solidaire se heurtait à un obstacle logistique car toutes les maisons de la Cité ne disposent pas d’un local. La solution numérique uRehab est donc complémentaire.


Pour coller à l’environnement international de la Cité, la solution est développée en plusieurs langues : c’est un petit clin d’œil, mais le créole réunionnais sera évidemment une des langues de l’appli !

Où en est ton projet aujourd’hui ? Et quels sont les moyens que tu mets en oeuvre actuellement ?


Le développement complet de l’application ainsi qu’une grosse nouveauté technologique seront bientôt terminés ! Mon associé Lucas NASCIMENTO (qui travaille sur la partie technique) et moi-même travaillons d’arrache-pied pour que uRehab soit opérationnel à la rentrée, une période de mouvement pour les étudiants.

Depuis mon passage au FIE, j’ai la chance d’avoir formé un partenariat avec ESSEC Ventures et Microsoft Venture. Je peux ainsi développer efficacement mon projet grâce à leur aide.

En résumé, on peut dire que tu souhaites devenir « LeBonCoin » du don d’objet ?


C’est exactement ça ! À la différence près que uRehab est issue d’une tout autre philosophie que LeBonCoin : le réemploi solidaire, l’économie non marchande, le développement durable… Aujourd’hui il y a Emmaüs et LeBonCoin. Demain, uRehab sera un acteur majeur, je l’espère, dans le domaine du don solidaire !