« La Maison de la Tunisie œuvre pour le dialogue, la tolérance, la Paix et le rapprochement entre les peuples »

Le prix Nobel de la Paix 2015 a consacré les acteurs tunisiens de la société civile organisateurs du «dialogue national» qui a permis, fin 2013, de relancer le processus démocratique dans ce pays. A son échelle, la Maison de la Tunisie de la Cité internationale favorise le dialogue interculturel et représente une vitrine de la culture tunisienne en France. Imed FRIKHA, Directeur de la maison a répondu à nos questions.

 

par Alexandra BITMIGNON


dir-tunisie

Imed FRIKHA, Directeur de la maison de la Tunisie

Quelles est votre sentiment suite à l’attribution de ce prix Nobel ?

Je suis extrêmement heureux de cette distinction du processus de transition démocratique dont la Tunisie a vécu à son rythme ces dernières années. Cette distinction attribuée à la société civile représentée par le quartet menant le dialogue national, est aussi une reconnaissance du rôle des différents acteurs et du peuple tunisien qui ont su privilégier les valeurs du dialogue dans la construction d’une démocratie pluraliste. En tant qu’universitaire, je suis aussi extrêmement fier que la candidature à ce prix ait été initiée et appuyée par les universités tunisiennes les plus prestigieuses.

La Maison de la Tunisie de la Cité internationale est un lieu de dialogue interculturel dans une institution au service de la Paix, quelle est sa vocation ?


La Maison de la Tunisie œuvre pour le dialogue, la tolérance, la Paix et le rapprochement entre les peuples. Telles sont les valeurs fondatrices de la Cité, valeurs qui conservent aujourd’hui toute leur importance dans les actions que nous menons. La Maison de Tunisie, à l’instar d’ailleurs de toutes les maisons de la Cité, s’investit de mieux en mieux dans des actions d’ouverture et de mise en valeur de ces fondamentaux. Je suis aussi agréablement surpris de la dynamique déclenchée dans la Cité depuis quelques années pour valoriser ces valeurs au moment où elles souffrent de toute sorte d’atteintes à l’échelle planétaire. L’organisation de l’Université de la Paix sur le vivre ensemble dans la diversité culturelle en mai dernier et l’activation pour l’accueil des étudiants migrants à cette rentrée en sont les plus récents exemples.

Vous avez un projet d’agrandissement, pouvez-vous nous en dire un mot ?

Ouverte en 1953, et rénovée en 2011, la Maison de Tunisie comporte actuellement 199 logements. Au vue de la demande croissante de candidatures de boursiers du gouvernement tunisien, d’étudiants non boursiers et de doctorants, la Cité internationale encourage l’extension de la capacité d’accueil de la Maison de Tunisie. Cette volonté est partagée unanimement par la Tunisie et la France, deux pays qui entretiennent d’excellentes relations depuis des décennies.
A l’occasion de la troisième phase de développement de la Cité qui prévoit la construction de 1800 nouveaux logements sur le campus, 200 d’entre eux seront réservés pour l’extension de la capacité d’accueil de la Maison de Tunisie. Le projet de construction d’un 2e pavillon est approuvé par les parties prenantes et sera financé par une dotation de l’Etat tunisien, par des fonds propres de la Fondation de la Maison de Tunisie et par un emprunt. Ce nouveau pavillon, dont l’achèvement est programmé pour septembre 2019, représentera un outil précieux de développement de la coopération universitaire entre les deux pays.