Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, ouvre la première édition de la CJF à la Cité internationale

À l’occasion de la Conférence internationale des jeunes francophones, Michaëlle Jean a rappelé aux participants le rôle majeur de la Cité internationale dans l’édification d’idéaux de paix et de tolérance.

27/10/2016


par Oana Besnea


La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) était présente mercredi matin à la Cité internationale, afin d’ouvrir la première édition de la Conférence des jeunes francophones (CJF). Elle a été accueillie par le Président de la Cité internationale Marcel Pochard, ainsi que par la Déléguée générale Carine Camby.

 

Michaëlle Jean a prononcé son discours d’ouverture devant une audience de 300 jeunes francophones, issus des 5 continents :

« Vous toutes et vous tous ici, représentez cette force, tant de créativité, d’appétit de vivre, d’engagement, de changement et de transformation. C’est pourquoi nous avons tenu à vous réunir pendant deux jours, ici à Paris, vous les ambassadrices et les ambassadeurs de cette jeunesse.

Nous sommes à la Cité internationale, ici ont été forgés tant d’idéaux qui ont changé le monde…Ce que nous avons à faire et à dire sera historique parce que nous sommes dans un lieu historique, qui continue sa marche […] »

 

La journée s’est poursuivie avec des ateliers participatifs et des tables-rondes, permettant aux jeunes d’échanger sur les enjeux auxquels sont confrontés les pays francophones. La conférence, qui dure deux jours, sera conclue par une Déclaration des jeunes francophones qui sera présentée aux Chefs d’État et de gouvernement lors du XVIe Sommet de la Francophonie à Madagascar (26-27 novembre 2016).

 

Retrouvez l’intégralité du discours sur : www.francophonie.org

 

Une utopie centenaire
La Cité internationale universitaire de Paris est née au lendemain de la première Guerre mondiale du rêve et de la volonté d’hommes d’exception.
André HONNORAT, ministre de l’instruction publique, Émile DEUTSCH DE LA MEURTHE industriel et mécène et Paul APPELL, recteur de l’Université de Paris souhaitaient contribuer à la construction d’un monde de paix en créant un lieu dédié aux échanges internationaux où la jeunesse du monde apprendrait à vivre ensemble.
La Cité internationale poursuit le rêve utopiste de ses fondateurs et offre à ses hôtes de passage un espace d’échange qui favorise la tolérance et la réflexion.