La Cité internationale lance la deuxième édition du festival « Jardins du monde en mouvement »

La Cité internationale universitaire de Paris a inauguré le 16 mai dernier la deuxième édition du festival « Jardins du Monde en mouvement » avec le soutien en mécénat de la Caisse des Dépôts. Cinq jardins éphémères ont été sélectionnés parmi 38 projets présentés. 

18/05/2018


par Oana Besnea


Le virus de sel, Collectif Atisô / Atelier Patus / LJ-Asia, Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est
Le virus de sel, Collectif Atisô / Atelier Patus / LJ-Asia, Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est

 

Un festival rendu possible grâce au mécénat de la Caisse des Dépôts

« Jardins du monde en mouvement » est un festival, soutenu en mécénat par la Caisse des Dépôts, qui invite de jeunes architectes et paysagistes à concevoir des créations éphémères dans les jardins de la Cité internationale, imaginées sur le thème de la nature en ville et prenant en compte les enjeux du développement durable.

 

Sélectionnés parmi 38 candidats, les gagnants de cette deuxième édition ont remporté 8 000 € chacun et la possibilité de réaliser leur projet à la Cité internationale universitaire de Paris. Les 5 jardins éphémères seront exposés du 16 mai au 4 novembre 2018 de 8h à 22h.

 

« C’était très intéressant de donner à chaque équipe la possibilité de nous présenter ce parcours et leurs projets respectifs, puisque c’est le fruit d’un cheminement et d’un travail important. Tout cela est très prometteur et j’espère que cette expérience les aidera aussi dans leurs parcours respectifs.

La Cité internationale est un lieu qui a une histoire. Il était donc très important qu’il y ait une cohérence dans l’intégration des projets à la fois dans l’histoire des maisons dans les jardins desquelles ces installations se tiennent, mais aussi, plus globalement, une adhésion au projet de la Cité. Et c’est en effet le cas de tous les projets que nous avons vu cet après-midi, que ce soit à travers leur dimension environnementale, et je pense au projet de la Maison de l’Inde, ou bien à travers leur caractère presque minéral qui s’accorde parfaitement avec le bâtiment de la Maison du Brésil, ou encore le projet que nous venons de voir à l’instant, qui est si bien intégré dans le jardin de la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est, et qui raconte aussi l’histoire de certains de ses résidents. »

Carine Camby, Délégué générale de la Fondation de la Cité internationale universitaire de Paris

 

« Pendant cette promenade à travers les jardins de la Cité internationale, j’ai été sans cesse impressionné par la créativité des lauréats et par leur capacité à concrétiser leur projet initial.

Plus largement, c’est l’ensemble des candidatures qui m’a semblé témoigner de la vitalité de la jeune création architecturale et paysagère française. Nous avons reçu 38 candidatures qui faisaient preuve d’inventivité et n’ont cessé de surprendre et d’interroger les membres du jury. Il a malheureusement fallu se limiter à 5 projets ; mais quels cinq !

Je suis très heureux que le mécénat de la Caisse des Dépôts soutienne le festival « Jardins du monde en mouvement » depuis son lancement l’année dernière. Ce soutien s’inscrit dans le cadre du Programme Architecture et Paysage, dont le but est justement d’encourager la jeune création architecturale et paysagère en France.

Ce que nous souhaitons, à travers ce festival, c’est avant tout permettre à de jeunes professionnels de mettre en œuvre leur créativité. Ce passage à la réalisation, sera, nous l’espérons, un coup de pouce pour la suite de leur carrière.

Si ce festival, porté par la Cité internationale universitaire de Paris, nous tient particulièrement à cœur, c’est aussi parce que la Cité est un lieu extraordinaire : peu nombreux sont les lieux où l’on passe des Etats-Unis au Mexique en traversant une simple route, où le Brésil côtoie l’Inde, où des étudiants du monde entier, qui parlent une multitude de langues différentes, se retrouvent à partager les mêmes maisons.

J’espère que ce festival se poursuivra de nombreuses années encore, puisqu’il permet aux jardins de prendre leur part dans ce dialogue des cultures qui se crée à la Cité internationale. Finalement, c’est comme si, depuis le sud du 14e arrondissement parisien, nous commencions à couvrir la planète toute entière de jardins éphémères ! »

Nicolas Toraille, Responsable du Programme Architecture et Paysage, Caisse des Dépôts

 

Les cinq jardins du monde dialoguent avec les architectures emblématiques de la Cité internationale

A la Maison du Brésil, le paysage revisite le plan libre de Le Corbusier, l’un des cinq points de l’architecture moderne, pour donner libre cours à une étonnante suspension végétale.

 

Aux abords de la Maison de l’Inde, un peuple minuscule et mystérieux a colonisé le jardin et érigé sept totems dressés en l’honneur des forces silencieuses de la nature.

 

Dans le jardin de la Maison du Japon, les kokedamas composent avec les cerisiers presque centenaires une mélodie aux tonalités changeantes, modulées par le rythme des saisons.

 

A la Fondation de Monaco, un banc de poissons nage en lévitation au-dessus de la mer Méditerranée, rappelant que la biodiversité de ce milieu naturel, si chère à la Principauté, est fragile.

 

Et à la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est, un virus de sel nous alerte sur la contamination des terres arables du Delta du Mékong par des eaux salines, qui impacte la culture traditionnelle du riz.

 

Revivez le lancement du festival en images