3 questions à… Stéphane Brothe, adjoint au chef de département du domaine Direction des services techniques

 

Comment préservez-vous la biodiversité du parc ?

S.B: Nous appliquons des techniques de jardinage qui favorisent la biodiversité comme la gestion différenciée. Nous n’appliquons pas à tous les espaces la même intensité et la même nature de soin. Concrètement, des zones sont moins entretenues que d’autres, afin de laisser la nature s’exprimer plus librement. 

 

Toujours pour favoriser la biodiversité, nous n’utilisons aucun traitement phytosanitaire, pratiquons le désherbage manuel ou à la vapeur. Nous réutilisons le bout des branches taillés pour mettre au pied des massifs et des arbres. Cela conserve l’humidité, réduit les arrosages et amène de la nourriture à la plante en se décomposant. Les feuilles des arbres sont également stockées et réduites en compost. D’une façon générale, nous implantons des variétés assez répandues, des plantes adaptées au sol et au climat qui ont une fonction refuge et ressources.

 

Quels sont les effets de cette gestion de la biodiversité à l’échelle du parc ?

S.B.: Depuis que ces techniques sont en place, nous observons la réapparition d’une faune et d’une flore qui avait disparu. Nous avons par exemple observé l’apparition de 3 espèces d’orchidées sauvages. Il a également été répertorié des oiseaux qui n’avaient pas été vus depuis longtemps.

 

Quelle est la particularité du parc de la Cité par rapport à d’autres jardins parisiens ?

S.B: Nous travaillons dans un cadre assez idéal. Cela tient à la taille du parc, mais aussi à sa particularité de parc habité et à sa qualité architecturale. C’est une ville dans une ville.