3 questions à Jean-Marc SAUVÉ, Président de la Fondation Cité internationale universitaire de Paris

 

Quel regard portez-vous sur la Cité internationale ?

Élu Président de la Fondation nationale en octobre 2017, je tiens d’abord à exprimer la fierté que j’éprouve à rejoindre cette institution dédiée à une grande cause, la paix et le rapprochement entre les peuples. Ces valeurs continuent de fédérer les 40 maisons qui constituent la Cité internationale ainsi que nos partenaires, nos mécènes, nos résidents d’aujourd’hui et d’hier et l’ensemble des salariés. 

 

Née il y a 90 ans au lendemain de la première guerre mondiale, la Cité internationale n’a jamais été aussi novatrice et attractive. Elle connaît aujourd’hui une phase de développement historique qui lui permettra d’ici 2025, soit un siècle après sa création, de disposer de 10 nouvelles maisons, de proposer 1 800 logements supplémentaires et de moderniser ses infrastructures. Tout en poursuivant son projet humaniste, la Cité internationale a su se projeter dans le XXIe siècle en s’adaptant aux attentes des étudiants et chercheurs du monde.

 

Quelle place occupe la Cité internationale dans le monde universitaire français et international?

Les missions d’accueil et d’accompagnement de notre campus s’inscrivent dans un contexte porteur et compétitif. La mobilité universitaire s’intensifie et les partenariats entre établissements d’enseignement supérieur français et étrangers connaissent un fort développement. Nous accueillons chaque année près de 12 000 résidents de 140 nationalités qui étudient ou travaillent dans les établissements d’enseignement supérieur et les laboratoires franciliens. La Cité internationale s’inscrit dans la politique de rayonnement international des universités de Paris et d’Île-de-France et contribue à ce titre au développement de la mobilité universitaire et scientifique.

 

Notre projet de développement Cité2025 suscite une forte adhésion de nos partenaires. Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en est un acteur essentiel. Au titre du Plan Campus, ce sont 22 millions d’euros qui nous ont permis de réaliser des travaux de viabilisation des parcelles constructibles. La Ville de Paris et la Région Île-de-France sont également très investies. Grâce à leur aide, nous avons pu construire et rénover deux maisons et moderniser notre politique d’accueil et d’accompagnement des publics en mobilité. Nous pouvons également compter sur le soutien de la Chancellerie des Universités qui accompagne le projet de développement dans toutes ses dimensions.

 

Quels sont les déterminants de la réussite de la Cité internationale en matière d’accueil des étudiants et chercheurs internationaux et quelles sont ses ambitions pour les années à venir ?

La Cité internationale dispose d’une expertise reconnue en matière d’accueil et d’accompagnement des publics en mobilité internationale. Conformément aux orientations définies par les pouvoirs publics et les collectivités territoriales, elle s’est fixée pour objectif ambitieux de développer une véritable « culture de l’accueil » de façon à mieux répondre aux attentes des étudiants et chercheurs internationaux dont le nombre en France ne cesse d’augmenter d’année en année. La Cité internationale propose des services sur mesure sur site et en ligne, ponctuels et permanents. Son guichet unique de rentrée, le Welcome Desk Paris, développé en partenariat avec la Ville de Paris, accueille entre septembre et novembre chaque année un peu plus de 30 000 étudiants et chercheurs.

 

Pionnière dans les domaines de la mobilité internationale, la Cité internationale s’impose également comme un laboratoire d’idées et un espace de débats sur les grands enjeux du monde contemporain. L’année 2017 a une nouvelle fois montré la richesse de la programmation proposée par les maisons, les résidents et notre Université de la paix. Les années qui viennent seront stimulantes et continueront de voir le campus innover et se transformer. J’ai à cœur d’accompagner la Cité internationale dans cet extraordinaire élan. La Cité internationale se doit plus que jamais d’être à la hauteur de ses ambitions : un campus aux standards internationaux, innovant et exemplaire sur le plan du développement durable.