Les acteurs clés – Saison 1

La Cité doit son existence à l’imagination, à l’humanisme et à la perséverance de quelques personnalités d’exception – politiques, intellectuels, industriels et mécènes – qui ont su donner naissance, en s’entourant des meilleurs concepteurs, à une « école des relations humaines pour la paix ».


par Lucille Testard de Marans


Les fondateurs

André HONNORAT : le politique humaniste

En tant que député des Basses-Alpes, André HONNORAT se saisit de la question du logement des étudiants et obtient, lors des débats sur le déclassement des fortifications, en 1919, la réservation de terrains au profit de l’Université de Paris, pour la construction de « maisons d’étudiants ».

En 1920, alors Ministre de l’Instruction publique, HONNORAT s’enthousiasme pour le projet de DEUTSCH DE LA MEURTHE et, fort de sollicitations similaires venant de pays étrangers, conçoit, défend puis concrétise son projet de « Cité » universitaire internationale, lieu de vie et de travail pour étudiants méritants du monde entier favorable au rapprochement des nations. Le projet prend alors une dimension internationale, et même diplomatique.

Par la suite, HONNORAT devient le premier président de la « Fondation nationale pour le développement de la Cité universitaire », une fondation privée reconnue d’utilité publique en 1925 dont la mission est d’assurer à l’ensemble une gestion et un développement cohérents. HONNORAT en rédige d’ailleurs les statuts, conjointement avec Jean BRANET qui sera le premier secrétaire général de la Fondation nationale.

Paul APPELL : le recteur médiateur

Recteur de Paris, Paul APPELL se préoccupe des conditions matérielles de la vie étudiante. A partir de 1920, il multiplie les appels au mécénat pour permettre l’édification de logements étudiants. C’est lui qui, en 1920, présente Emile DEUTSCH DE LA MEURTHE, industriel philanthrope, à André HONNORAT, Ministre de l’Instruction publique, lorsque DEUTSCH DE LA MEURTHE lui exprime son intention de construire des logements permettant d’accueillir 350 étudiants.

Les financeurs

Emile DEUTSCH DE LA MEURTHE : l’industriel mécène

Homme d’affaires lorrain à la tête des Pétroles Jupiter, mais également philanthrope, DEUTSCH DE LA MEURTHE propose à Paul APPELL de construire deux « hameaux-jardins » pour offrir à 350 étudiants méritants mais peu fortunés des « logements salubres et aérés encadrés de verdure », conformément aux idées hygiénistes du moment. Pour la réalisation de ce projet, DEUTSCH DE LA MEURTHE fait don de 10 millions de francs-or. Il devient ainsi le premier mécène de la Cité.

David DAVID-WEILL : le banquier philanthrope

Banquier parisien et déjà mécène de l’Université de Paris, il est le deuxième mécène auquel font appel HONNORAT et APPELL. Ainsi, à maintes reprises, il fait don de plusieurs millions de francs-or à la Fondation nationale dont il devient, en 1925, le premier trésorier.

André HONNORAT (à droite) lors de l’inauguration de la Maison du Japon, 1927

Outre Emile DEUTSCH DE LA MEURTHE et David DAVID-WEILL, premiers mécènes de la Cité, d’autres particuliers français et étrangers, mais également des écoles et des gouvernements, ont permis, par leur volonté de s’associer au projet humaniste et leurs généreux financements, la construction des 19 maisons de la période 1925-1938.

Les concepteurs

Lucien BECHMANN : l’architecte et J.C.N. FORESTIER : l’urbaniste

Architecte-conseil de la Fondation, Lucien BECHMANN est chargé de dessiner le plan d’ensemble de la Cité. En étroite collaboration avec Jean Claude Nicolas FORESTIER puis Léon AZEMA, il réalise plusieurs plans d’aménagement successifs pour accompagner la période d’extension de la Cité et lui donner son caractère de « cité-jardin » alliant espaces bâtis, espaces de promenade et terrains de sport.

Lucien BECHMANN est également l’architecte de la Fondation DEUTSCH DE LA MEURTHE et des deux pavillons d’entrée de la Cité Internationale.

DUDOK et les autres : architectes de renom pour maisons d’exception

D’autres architectes de renom, français et étrangers, ont contribué, à cette période, à l’œuvre de la Cité. Parmi les plus connus : Willem Marinus DUDOK (Collège néerlandais, 1938), Albert LAPRADE (Fondation Abreu de Grancher, 1933) et LE CORBUSIER (Fondation suisse, 1933).